Cinéma : la fête du court-métrage

30/10/2017Les Rencontres Internationales du Film Court (Rific) encore appelées Yaoundé-tout Court ont ouvert les portes de la 13ème édition samedi 28 octobre 2017 à Yaoundé.

Du 28 octobre au 04 novembre 2017, les cinéphiles de la ville de Yaoundé sont aux anges. En effet, avec une programmation originale de courts métrages de qualité, les Rencontres Internationales du film Court (Rific) ont choisi de mettre les petits plats dans les grands.
Pour y arriver, le comité d’organisation de cette 13ème acte a concocté un programme alléchant qui cadre parfaitement avec le thème « Promotion et diffusion du film ». Réalisés par des cinéastes venus du Gabon, de la France, du Mali, du Sénégal, de l’Allemagne et du Cameroun, une trentaine de films fiction, documentaire et animation seront diffusés durant les 7 jours que vont durer le festival. Ce sont les salles de l’Institut Goethe, Sita Bella, etc., qui vont servir de cadre.
En plus de ces projections, des animations diverses dans les quartiers populaires, des ateliers de formation, des projections spéciales destinées aux jeunes cinéphiles des écoles de la ville de Yaoundé animées avec le soutien des critiques de cinéma.
Promu par l’Association Sud Plateau créée depuis 1998, ce festival fait partie entre autres des actions menées par l’association en vue de la promotion du cinéma court et la formation des jeunes cinéastes au Cameroun. Sous le haut patronage du Ministère des Arts et de la Culture, le festival Yaoundé-Tout Court est pionnière dans la promotion de cette formation au Cameroun.
« L’idée des Rific s’est imposée tout naturellement, parce qu’au début des années 2000, le court métrage continuait à être marginalisé voire snobé par les festivals et les cinéastes. Pourtant le court métrage est la base de tout cinéma. C’est un genre à part entière, qui donne l’occasion de promouvoir de nouveaux talents. Chaque année, le festival choisit un thème pour susciter un débat majeur autour de cette forme d’expression » a expliqué Franck Olivier Ndema, Délégué général des Rific.
Le festival compte plus 1000 spectateurs qui ont pu voir et consommer les talents émergents de notre pays, confrontés à ceux d’ailleurs.

Jeanne Ngo Nlend (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!