Cameroun: découverte d’une mine d’or à Eséka

03/11/2017Des orpailleurs envahissent au quotidien le village de feu Mayi Matip, près d’Eséka, devenant du coup célèbre après avoir été marqué par le triste souvenir d’un accident mortel de train il y a un an.

Photo de: Cameroun: découverte d’une mine d’or à Eséka

De l’or à Eséka, département du Nyong-Ekellé, région du Centre. La nouvelle s’est propagée comme une trainée de poudre depuis quelques jours. En effet, la seule évocation de la localité d’Eséka rappelle à la conscience des Camerounais et même des étrangers, des images lugubres du déraillement ferroviaire sans précédent qui s’y est produit il y a un an maintenant. Du coup, les mauvais souvenirs ont fait tôt de céder place à l’euphorie de la découverte de cette mine d’or qui nourrit déjà des familles.

Selon un habitant du village du feu Théodore Mayi Matip, qui fut un proche du leader nationaliste de l’UPC, Ruben Um Nyobe, « un jeune homme est venu, a sondé les lieux et a dit à un autre qu’il y a quelque chose. Ils ont extrait des objets, l’ont lavé et c’était l’or ». Voilà qui fait courir en masse les orpailleurs de tous les quatre  coins du Cameroun sur le site. « On pêche l’eau, le soir arrive et on nous donne ce que l’on peut nous donner. Quand on trouve le produit on peut nous donner 5000  ou 10 000 », a confié une dame au micro de la Crtv. Et un autre orpailleur d’ajouter que « l’on peut  récolter 1 gramme d’or par jour. »

Face à l’affluence des orpailleurs, le  préfet du Nyong-et-Kellé a signé un arrêté qui interdit toute activité d’exploitation artisanale des substances minières à Eséka. Dans son texte, Peter Tieh Nde demande aux Camerounais désireux de mener cette activité de « se constituer en GIC ou en entreprise de l’artisanat minier. »

Pour cela, les éventuels postulants ou exploitants, devront initier un dossier en vue de l’obtention d’une autorisation pour l’exploitation artisanale auprès de la délégation départementale des mines, de l’industrie et du développement technologique du Nyong-et-Kellé. Eséka désormais ville en or, cette richesse naturelle devra contribuer à son développement socioéconomique et à lui redonner une image beaucoup plus positive qu’hier.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!