CAMES: Yaoundé accueille le concours d’Agrégation 2017

06/11/2017Cette 18e session du Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement supérieur (CAMES), le Concours d’Agrégation des Sciences Juridiques, Politique, Histoire de Institutions, Économiques et de Gestion (SJPEG) se déroule du 6 au 15 novembre à l’université de Yaoundé II, campus de de Ngoa-Ekelle.

Photo de: CAMES: Yaoundé accueille le concours d’Agrégation 2017

Le jury international trié sur le volet, est composé de 34 professeurs internationaux issus de l’espace CAMES, constitué de 4 à 7 membres pour évaluer 103 candidats. Les sujets portent sur le droit privé, le droit public, les sciences politiques, les sciences économiques, les sciences de gestion et l’histoire des institutions. Il existe trois types d’épreuves et  se déroulent suivant un ordre précis. Épreuve de discussion des travaux, épreuve de commentaire de texte ou de documents préparés en loge, et leçon orale après préparation en loge. Sur le principe, toute note inférieure à 8 sur 20 entraîne l’élimination du candidat.

Pour le recteur de l’université de Yaoundé II, le Pr. Adolphe Minkoa She qui accueille cette 18e session du concours d’Agrégation du CAMES 16 ans après l’édition de 2001, il s’agit d’un privilège, au regard de la nature de cet événement qui célèbre l’élite universitaire porteuse des valeurs d’excellence et de service pour l’essor économique et social des États membres du CAMES. « Il nous oblige, dans le sens du devoir, et nous engage, dans le sens de la responsabilité, à contribuer au rayonnement du projet ultime de l’Université africaine et malgache de favoriser une coopération culturelle et scientifique permanente en vue d’une harmonisation des programmes et d’une plus grande coordination des systèmes d’enseignement et de recherche » a-t-il projeté.

Dans son mot préliminaire, le secrétaire général du CAMES, le Pr. Bertrand Mbatchi a exhorté les candidats-enseignants à une remise en cause constante afin de se perfectionner dans la dispensation du savoir. Un appel à plus d’ardeur au travail compte tenu du fait qu’ « Au regard du fonctionnement de nos États-membres dans lesquels, les besoins en ressources humaines performantes sont énormes (…) » a-t-il fait osberver.

Pour lui, il faut donner plus de contenu concret à ce Conseil africain et malgache et toutes les capacités indispensables, en vue de l’épanouissement et de modélisation d’un système d’enseignement supérieur et de recherche utile qui répond aux réalités locales africaines. Dans cette construction, l’université de Yaoundé II envisage d’être une technopole de référence des sciences sociales dans l’espace CAMES, bref à créer une plateforme d’échanges d’idées  aux chercheurs pluridisciplinaires.

L’admission des candidats à ce prestigieux concours sera prononcée, par ordre de mérite, au terme de la troisième épreuve et après délibération du jury. Chaque section comportera le nombre de candidats déclarés admis par le Jury est, au plus, égal à celui de l’ensemble des postes nationaux mis au Concours. La liste définitive établie fera l’objet d’un affichage sur les lieux du concours.

En rappel, le CAMES organise ces épreuves en collaboration avec le ministère camerounais de l’enseignement supérieur. Cliquez ici pour plus de détails sur les modalités du concours, le contexte, le CAMES, le profil des participants etc.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!