Frontière Cameroun -Gabon : l’effectivité mitigée de la libre circulation des hommes et des biens


31/10/2017Après le Tchad et la Centrafrique, le Gabon vient à son tour de décider la libre-circulation des biens et des personnes au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale ( Cemac)

Photo de: Frontière Cameroun -Gabon : l'effectivité mitigée de la libre circulation des hommes et des biens

La nouvelle mesure du gouvrenement gabonais en faveur de la libre circulation en zone Cemac stipule que les ressortissants camerounais, congolais , equato-guinéens , centrafricains et tchadiens n’ont besoin que d’un passeport biométrique, d’un passeport de service ou diplomatique pour les séjours n’excédant pas 90 jours en terre gabonaise.

Quelques jours après la publication de l’arrêté du gouvernement gabonais, l’effectivité de la libre circulation est mitigée. Plusieurs Camerounais qui ont tenté de se rendre au Gabon munis uniquement de leur passeport ont été stoppés aux frontières pour absence du visa d’entrée. C’est dire que le visa d’entrée qui coûterait 90.000 Fcfa ( repartis comme suit : 20.000 Fcfa pour le retrait de la fiche de demande au poste de frontière , 10.000 Fcfa pour les deux contrôles avant Bitam et 60.000 Fcfa pour le taux officiel du visa) est toujours exigé aux ressortissants de la zone Cemac qui veulent se rendre au Gabon.

Face à ce refus, certains transporteurs camerounais ont exprimé leur déception. A en croire la sous préfet de kye-ossi, Avom Dang, les autorités exerçant à la frontière expliquent que la mesure n’est pas encore officiellement parvenue à leur niveau.

Par contre, au poste de frontière Cameroun -Gabon à Ekin dans le département de la vallée du Ntem, les commerçants gabonais ont plus de facilité à se mouvoir. Munis uniquement de leurs cartes d’identité, ils passent la frontière pour se rendent au marché d’Abang Minko aménagé par le gouvernement camerounais.

Les données de chaque passeport numérique délivré par les Etats membres seront enregistrées dans un fichier central accessible à la police des frontières des différents Etats. Il revient à chaque Etat de la zone CEMAC d’imprimer, de gérer et de délivrer ce passeport à ses citoyens. L’ambition profonde des chefs d’Etat de la zone est de parvenir à une libre circulation effective des personnes et des biens.

Eliane Marcelle Matsingoum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!