Des journalistes à l’école de la mode à Yaoundé

08/11/2017Ils sont une dizaine, membres du réseau des Journalistes culturels du Cameroun (Rj2C) à prendre part depuis mardi 07 novembre 2017 à un colloque international sur les métiers de la mode organisé par le Centre des créateurs des métiers de la mode du Cameroun (Ccmc).

Photo de: Des journalistes à l’école de la mode à Yaoundé

Faire une critique de mode, ce n’est pas toujours facile pour des personnes non expertes. C’est ce qu’ont réalisé les journalistes qui participent à ce premier colloque international sur les métiers de la mode. Encadrés par des professionnels du secteur à l’instar de Yves Eya’a, promoteur du forum annuel des métiers de la mode et directeur du Ccmc, Isoris Sanchez, designer espagnol, Laurentine Eyebe Assiga, journaliste et critique de mode, les membres du réseau des journalistes culturels du Cameroun ont pu apprendre les basiques de ce secteur. Entre la rédaction d’une bonne critique de mode, le lancement des tendances, et la conception d’une collection par un styliste, ils ont eu droit à des enseignements portés sur les spécificités d’un bon mannequin, la conception d’une fiche de casting, etc.

Pour Laurentine Eyebe, journaliste et critique de mode, pour faire une bonne critique, le journaliste culturel doit être curieux, réaliste, mais surtout savoir anticiper sur le résultat attendu. « Une critique de mode est d’abord l’interprétation du travail réalisé par les experts. C’est pour cela que le critique de mode ne doit pas attendre les défilés de mode pour faire parler des collections des créateurs ou de l’évolution de la mode. Il doit être à l’affut de l’information avec pour objectif d’informer les amoureux de la mode et aussi intéresser » précise-t-elle.

Isoris Sanchez quant à elle, a tenu à préciser que ce sont les couturiers qui interprètent le design imaginé par le styliste. « Très souvent le fait d’être à la une des journaux troublent plusieurs créateurs. Ces derniers oublient alors de rappeler l’équipe avec laquelle ils ont travaillé. Le couturier est la maîtresse ouvrière de notre chaîne. Il a la lourde charge de rendre possible l’imagination de l’artiste », explique-t-elle.

Pour la fin du colloque, les journalistes organisent un défilé de mode ce mercredi 08 novembre avec pour thème, « Tchakala ». Il sera présenté aux différents organisateurs à savoir les Instituts Goethe et Français du Cameroun et le Rj2c au siège du Ccmc. Du casting des mannequins, en passant par la sonorisation, les essayages, le make-up, entre autres. Les journalistes en sont les maîtres d’ouvrage.

Jeanne Ngo Nlend (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!