La secrétaire générale du Commonwealth en visite de travail au Cameroun

En visite officielle du 18 au 22 décembre au Cameroun, la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland sera reçue en audience par le président de la République.

La visite de travail de la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland s’étale sur cinq jours au Cameroun. Selon le communiqué publié ce 15 décembre sur le site web de l’organisation, « À Yaoundé, la secrétaire générale rencontrera le président Paul Biya et le premier ministre Philémon Yang (…) et des représentants de la société civile ». «En tant que membre estimé de notre famille du Commonwealth, cette visite me permettra non seulement de mieux connaître le pays et ses habitants, mais surtout de discuter des moyens concrets par lesquels le Commonwealth peut soutenir les efforts du Cameroun pour relever les défis urgents auxquels il est confronté », s’est-elle exprimée.

L’arrivée de la secrétaire Générale du Commonwealth au Cameroun, intervient dans un contexte particulier. La crise sociopolitique en cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Le sujet préoccupe d’ailleurs les gouverneurs des dix régions du pays, en conférence semestrielle à Yaoundé pendant trois jours. La menace Boko Haram à l’Extrême-Nord du Cameroun, n’est pas aussi totalement maîtrisée.

Historique et retombées du partenariat

En rappel, le Cameroun devint 52e membre du « club des gentlemen » le 16 octobre 1995. Entre temps, les rapports entre le pays et cette organisation se sont densifiés dans divers domaines. Au plan politique et juridique par exemple, l’éthique du Commonwealth fondée sur un partenariat constructif s’est illustrée par son implication étroite dans le processus de démocratisation du Cameroun. La présence de la secrétaire générale du Commonwealth sera l’occasion de revisiter cette longue et riche coopération.

Des équipes d’observateurs électoraux du Commonwealth ont ainsi assisté à la plupart des élections tenues dans notre pays depuis 1995. Législatives de 1997, présidentielles de 2004 et 2011, doubles scrutins législatifs et municipaux de 2002, 2007 et du 30 septembre 2013. Dans cette même veine, le chef de l’État, Paul Biya a créé le 14 décembre 2002 la Commission présidentielle Cameroun/Commonwealth sur les réformes politiques. C’était sur recommandation d’un envoyé spécial du secrétaire général du Commonwealth au Cameroun.

À la suite de quoi le Cameroun a entrepris un vaste programme de réformes. Entre autres, l’adoption en 2003 de la loi portant création de l’Observatoire national des élections (ONEL). Ensuite, la restructuration de la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (CNDHL). Puis, la création de la Commission nationale anti-corruption (CONAC) par le président de la République en mars 2006. Suivra la loi portant organisation de la Chambre des comptes de la Cour suprême. L’adoption par l’Assemblée nationale en juin 2005 d’un Code de procédure pénale, entré en vigueur en 2007, et dont le texte a été élaboré avec la participation du Commonwealth et du Barreau international. Et la réforme pénitentiaire, la création d’Elections Cameroon (ELECAM), organe indépendant chargé de l’organisation et de la gestion des élections.

Spécificités de l’organisation

Organisation intergouvernementale composée de 52 États membres. Pour la plupart, ce sont des anciens territoires de l’Empire britannique. Le Commonwealth a émergé au milieu du XXe siècle pendant le processus de décolonisation. Il est formellement constitué par la Déclaration de Londres de 1949. Un acte qui fait des États membres, des partenaires « libres et égaux ». Les États membres n’ont aucune obligation les uns envers les autres. Ils sont réunis par la langue, l’histoire et la culture.  des valeurs décrites dans la Charte du Commonwealth telles que la démocratie, les droits humains et l’état de droit. Ces valeurs chères au Cameroun pourront être au menu des échanges à la faveur de cette visite de la secrétaire générale du Commonwealth.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!