Promotion du plurilinguisme : comment la Suisse gère- t-elle cette diversité ?

La Déléguée Fédérale Suisse au Plurilinguisme, Nicoletta Mariolini est au Cameroun. La Suisse donne ainsi au monde une occasion d’apprécier la gestion de sa diversité lingusitique.

Des chercheurs ont travaillé sur 26 projets en Suisse portant sur quatre thèmes. Il s’agit de la langue dans le droit et la politique, les compétences linguistiques des résidents suisses et la promotion du multilinguisme à l’école. Selon leur rapport, ce pays gère «étonnamment» bien la diversité des langues parlées sur son territoire.

La Suisse est particulière en ceci qu’ un grand nombre de langues parlées par un nombre plus ou moins important de personnes. Elles sont reconnues comme complémentaires et quasiment égales. Le rapport souligne aussi que le multilinguisme et le respect des minorités linguistiques font partie des fondements de la Suisse et de sa culture.

La question des langues en Suisse est une composante culturelle et politique centrale de la Suisse. L’allemand, le français, l’italien et le romanche sont les quatre langues nationales parlées en Suisse.

Répartition géographique des langues 

Ces quatre langues correspondent à quatre zones du territoire suisse. Sur les 26 cantons que compte le pays, 22 ont une seule langue officielle: 17 cantons alémaniques avec l’allemand : Appenzell Rhodes-Intérieures, Appenzell Rhodes-Extérieures, Argovie, Bâle-Campagne, Bâle-Ville, Glaris, Lucerne, Nidwald, Obwald, Saint-Gall, Schaffhouse, Soleure, Schwytz, Thurgovie, Uri, Zoug et Zurich ;

quatre cantons romands avec le français : Genève, le Jura, Neuchâtel et Vaud ;

un canton avec l’italien : le Tessin.

Pourcentage des différentes langues

Le pourcentage des différentes langues parlées en Suisse, selon le dernier recensement fédéral de la population réalisé en 2000.Langues nationales: Allemand 63,7%
Français 20,4%
Italien 6,5%
Romanche 0,5%
Langues non-nationales:Serbe et croate 1,4%
Albanais 1,3%
Portugais 1,2%
Espagnol 1,1%
Anglais 1%
Turque 0,6%
Tamoul 0,3%
Arabe 0,2%

Historiquement, les langues pratiquées en Suisse ont connu des statuts divers. Une situation qui appelle à faire des efforts pour garantir les droits linguistiques à tous les citoyens. Le plurilinguisme affirmé de la Suisse sont à la fois le résultat historique de leurs rapports respectifs et celui de la volonté politique qui fonde la Confédération.

Eliane Marcelle Matsingoum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.