Cameroun: les priorités du chef de l’État pour 2018

Dans son discours à la nation le 31 décembre 2017, Paul Biya a dévoilé quelques priorités qui touchent au quotidien des Camerounais et la marche du pays.

Couverture Santé Universelle

Sa mise en œuvre progressive figure en bonne place parmi les  priorités du chef de l’État pour 2018. Il s’agit d’une politique qui permettra de réduire les inégalités d’accès aux soins de santé dans les ménages et de favoriser l’assurance maladie universelle. Sur le principe, elle devra répondre à trois questions essentielles. Quels services sont offerts ? Qui est couvert ? Et comment ? Dans son discours à la nation, Paul Biya a souligné avoir instruit le gouvernement pour  parachever la réflexion quant à sa concrétisation. « Nous allons poursuivre nos efforts, afin de faire bénéficier à nos populations des soins de santé de qualité et accessibles à tous » a-t-il annoncé. Pour un début, 182 spécialités seront retenues. Entre autres, la cardiologie, la pneumologie, l’oncologie, les affections des organes pelviens et l’obstétrique. À ce tableau s’ajoutent les services de proximité à la population, à savoir la fourniture en eau et en électricité.

Optimisation des recettes de l’État et création d’emplois

Cette priorité du chef de l’État tient à un contexte économique international peu favorable. En cause, la baisse persistante des cours des matières premières. Cela impacte négativement la croissance économique et le progrès social du Cameroun. Pour y faire face, « Une attention particulière sera accordée à la situation des PME » indique le président de la République. Et de préciser « notamment pour ce qui est du règlement prioritaire de la dette qui leur est due, comme de l’amélioration de leur accès au crédit bancaire.» Autre solution à ce contexte économique difficile, le programme économique et financier conclu avec le FMI en juin 2017. Selon les prévisions, ce dernier aura un  impact positif sur la croissance dès 2018.

L’accès du plus grand nombre des jeunes à l’emploi préoccupe également le gouvernement. C’est une priorité qui sera davantage concrétisée en 2018 à la faveur de grands projets structurants. Par exemple, « L’achèvement de grands projets, tel le Port de Kribi, qui entrera bientôt en activité, offre à cet  égard d’intéressantes perspectives » rassure le président de la République.

Défis sécuritaires et échéances électorales

Pour le président de la République, la lutte doit s’intensifier pour réduire Boko Haram à sa simple expression. En effet, si les assaillants ont essuyé de cuisantes défaites en 2017, leurs incursions restent encore d’actualité. « Nous allons poursuivre avec détermination, de concert avec nos voisins et nos partenaires internationaux, nos efforts en vue de l’éradication totale de ce groupe terroriste » a martelé Paul Biya. Voilà  l’une des priorités majeures du chef de l’État. L’autre challenge qui préoccupe le gouvernement, la menace terroriste dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Au sujet du mouvement sécessionniste, « Nous avons tous été témoins de la gravité des débordements qui en ont résulté» a relevé le président.

Les échéances électorales à venir constituent également l’une des priorités du chef de l’État. Dans son discours de fin d’année, Paul Biya a qualifié 2018 d’année électorale « importante.» « Toutes les dispositions nécessaires seront prises afin que les opérations électorales se déroulent dans le calme et la sécurité » a-t-il précisé au passage.

Dieudonné  Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!