l’expérience et la compétence au Conseil Constitutionnel

Le profil des personnalités choisis pour siéger au Conseil Constitutionnel met en exergue deux éléments fondamentaux : l’expérience et la compétence.

Clément Atangana symbolise bien l’esprit général des profils retenus pour constituer cette cuvée pionnière du Conseil Constitutionnel. Il a été pendant une vingtaine d’années le président de la Commission national de recensement général des votes. Il était avant son départ à la retraite, le président de la chambre administrative de la Cour Suprême. Il avait alors décidé de ne pas s’éloigner des instances judiciaires, passant de la position de juge à celle d’avocat. L’expérience et la compétence de cet originaire du Nyong et So’o (région du Centre) dans les domaines que couvrent le conseil constitutionnel, peuvent difficilement être égalées

 

 

 

 

D’autres magistrats connus pour l’expérience et la compétence dont ils font preuve, figurent dans cette cuvée des pionniers. La nomination du secrétaire permanent du Conseil Supérieur de la magistrature Jean Foumane Akame est en soi un évènement. On retient aussi le nom de Florence Rita Arrey, ancien juge puis vice-président du tribunal pénal international pour le Rwanda. C’est la première femme à diriger une Cour d’Appel, avant de devenir membre de la Cour Suprême. Depuis son retour au Cameroun, elle a été directeur puis conseiller technique au ministre.

 

 

 

 

 

 

 

Emile Essombe est l’actuel procureur général près la Cour d’appel du Sud-Ouest alors que Bah Oumarou Sanda est l’ambassadeur du Cameroun au Tchad. Les deux  professeurs de Droit public nommés, Joseph Marie Bipoun Woum et Charles Etienne Lekene Donfack, ont en commun l’expérience d’un séjour au gouvernement.  La catégorie d’anciens ministres intègrent également le sénateur sortant Jean Baptiste Baskouda et Emmanuel Bonde. L’ancien gouverneur Amadjou Tidjani  et l’enseignant d’université (anthropologue) Paul Nkwi complètent cette liste de personnalités à l’expérience et la compétence éprouvées

Toutes les régions du Cameroun sont représentées dans cette composition de ce conseil constitutionnel. Comme c’est la tradition dans le monde, l’institution est réservée aux sages (l’expérience et la compétence). La moitié des sièges est occupée par des anciens membres du gouvernent. Ce qui renforce  un ancrage institutionnel et politique  car le conseil constitutionnel est d’abord  une institution  de régulation du jeu institutionnel. Sur le plan professionnel, les profils juridiques ( magistrats et spécialistes du Droit) dominent les effectifs.

Elvis Mbimba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!