Des médicaments antipaludéens contrefaits retirés du marché camerounais

C’est la substance d’un communiqué de presse signé le 2 février 2018 par le ministre de la santé publique, André Mama Fouda.

Ces médicaments antipaludéens vendus en monothérapie. Car l’application d’un traitement utilisant la monothérapie accélère l’apparition de la résistance à cette substance chez le parasite. En effet, la monothérapie se rapporte à l’artémisinine ou l’amodiaquine. Comme le signale le communiqué, seul “l’usage des combinaisons thérapeutiques à base des dérivés de l’Artémisinine (Act) est autorisé. Ceci dans le traitement du paludisme simple. Ces combinaisons sont efficaces dans près de 95% des cas de paludisme non compliqué. Elles ont aussi l’avantage de réduire considérablement le risque de résistance du parasite. Le communiqué de presse affirme également la mise en quarantaine du Co-Arinate comprimés. Car, indexé dans un récent problème de santé publique.

Rappel des faits

Le prologue remonte à janvier 2006. L’Organisation mondiale de la santé (Oms) décide du retrait des antipaludiques comportant uniquement de l’artémisinine. La monothérapie par voie orale est ainsi proscrite. L’usage des Act est préconisé. Le 08 mai de la même année, une décision y relative est prise par le ministère de de la santé publique. En janvier 2007, une liste de quarante-deux antipaludiques retirés du marché camerounais, est publiée. L’on peut citer entre autres Halfan, Camoquin, Artésunate, Flavoquine, Amodiaquine, Plasmotrim.
L’objectif est de se procurer des antipaludiques de haute qualité. C’est la pierre angulaire d’un traitement adéquat et un bon suivi médical.

D’après l’Oms, des médicaments de mauvaise qualité affectent la santé et la vie des patients. Ils nuisent également à la crédibilité des programmes de santé. Ainsi, le communiqué du ministre de la santé, met les populations en garde. Tout médicament peut engendrer des effets secondaires ou indésirables.

Marie Blanche Mfoumou (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.