Sénatoriales 2018: quelques réactions des partis politiques en lice

Suite à la publication des listes retenues pour les élections du 25 mars prochain par le Conseil électoral, certains représentants des partis politiques ont exprimé leurs réactions.

La publication des 36 listes de candidatures retenues sur les 42 reçues par le Conseil électoral, constitue un soulagement pour de nombreux acteurs. Après deux semaines d’attentes, les partis politiques en course, sont désormais fixés sur leur sort. Pour ceux qui avaient déposé des dossiers pertinents et validés, c’est la grande satisfaction. D’où les réactions positives par exemple des représentants du Rdpc, de l’Udc et de l’Undpc.

Dr. Pierre Flambeau Ngayap de l’Undp

Ce sénateur nommé et sortant de l’Undp s’est voulu optimiste depuis le dépôt des candidatures à Elecam. En effet, Pierre Flambleau Ngayap a confié que son parti ne fait pas dans la dentelle. « Par conséquent, nous sommes venus simplement prendre acte de cette étape. Remporter est le plus difficile. Et le plus convainquant pour les grands électeurs que sont les conseillers municipaux commence demain. Nous serons prêts dans les dix régions» a-t-il déclaré.

Koumpit Adamou de l’Udc

Dans la vague des réactions à chaud, ce jeune candidat de l’Union démocratique du Cameroun (Udc) a aussi exprimé son enthousiasme. « Je suis fier et content, y compris les militants de l’Udc. Au premier plan, le président national Adamou Ndam Njoya qui nous a mandatés. Parce que les deux listes de l’Udc ont été validées » a-t-il indiqué. Candidat pour la seconde fois aux Sénatoriales, Koumpit Adamou, a relevé que son parti dispose d’un projet politique des plus pertinents. Et de préciser que « Ce sera la stratégie de présence avec des arguments fondés sur un projet sénatorial fort.»

Grégoire Owona du Rdpc

Pour le secrétaire général adjoint du Rdpc, parti au pouvoir, c’est également « la grande satisfaction .»  Car cette formation politique est présente dans les dix régions du Cameroun. Aussi, Grégoire Owona a salué le travail abattu par le Conseil électoral. En outre, il a tiré un coup de chapeau aux  médias pour leur accompagnement tout au long de ce processus.

À présent, les 5 partis politiques dont les dossiers ont été rejetés, disposent de deux jours  pour adresser une requête. C’est ce que prévoit le Code électoral en son article 129, dès la publication des listes retenues. Ainsi, les 11 membres du Conseil constitutionnel installés mardi dernier, devront peut-être plancher sur les premiers contentieux de cette année électorale.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.