Contentieux post-électoral: le verdict du Conseil constitutionnel

Trois requêtes relatives aux élections sénatoriales du 25 mars dernier, ont été rejetées à l’issue du verdict rendu par le Conseil constitutionnel ce mardi 3 avril 2018 à Yaoundé.

Le verdict rendu par le Conseil constitutionnel ce mardi, met un terme au contentieux post-électoral des Sénatoriales 2018 au Cameroun. Le premier rejet  concerne la requête de Njenje Valentin Kleber, électeur et représentant Sdf dans le Fako, région du Sud-Ouest. Ce dernier exigeait l’annulation totale des élections du 25 mars dernier dans tous les départements de cette région. Pour lui, la majorité d’électeurs n’a pas pu voter à cause du climat d’insécurité. Il argumente qu’il a eu des échanges de coups de feu entre forces de défense et fauteurs de troubles, faisant fuir de potentiels électeurs. Le requérant a aussi avancé d’autres irrégularités.

Selon le Conseil constitutionnel, ses déclarations n’ont pas de fondements, car n’ayant fourni aucune preuve. De plus, il n’a pas qualité à déposer ce recours, puisqu’il n’est pas candidat à l’élection. En effet, il a signé la requête à la place du Pr. Kale, tête de liste Sdf dans le Fako. Ce qui constitue une violation de l’article 132 du Code électoral. constitutionnel.

Requête Udc à l’Ouest

Le requérant de l’Udc, Youmo Koupit Adamou souhaitait l’annulation des élections sénatoriales du 25 mars dans la région de l’Ouest. Ce candidat a relevé entre autres, des irrégularités liées aux violations des articles 108, 109, 113 du Code électoral. Il fustige aussi la fermeture du bureau de vote à 12h33 à Dschang, région de l’Ouest, soit au moins 6h avant l’heure légale. De plus, il évoque l’achat dess conscience et la corruption des électeurs par le Rdpc, parti au pouvoir. Compte tenu de certains faits avérés, le verdict du Conseil a été favorable en partie à ce recours. Ainsi, en conclusion, l’instance l’a jugé recevable sur la forme, mais rejeté sur le fond, en l’absence de preuves irréfutables. Le Conseil parle aussi du non-respect de l’article 130 du Code électoral et de l’article 49 de la loi 2004, portant organisation du Conseil constitutionnel.

Dernier verdict

Enfin, le Conseil a également rejeté la requête de Jean Delore Mbeng de l’Économie sociale du Cameroun (Esdc). Ce candidat qui demandait l’annulation des Sénatoriales dans les dix régions, a déposé sa requête après 72h, délai de rigueur. La proclamation des résultats de ces élections ce 5 avril, constitue l’ultime dossier qui reste sur la table du Conseil constitutionnel.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.