Découverte : un site ancestral de fonte de fer à Ebolowa

Probablement millénaire, des recherches approfondies permettront d’en déterminer l’âge exact.

 

Voici une découverte qui viendra certainement ajouter une page à l’histoire du Cameroun. Un site ancien de fonte de fer à Enongal Bulu, arrondissement d’Ebolowa 2, région du Sud. Des archéologues de l’Université de Yaoundé 1 en ont fait la découverte en octobre 2017. Ceci, alors qu’ils étudient le site de la ligne d’évacuation d’énergie du barrage hydroélectrique de Memve’ele. La ligne est longue de 288km, de Nyabizan à Yaoundé.

Sur les images que nous proposent les archéologues, on voit en effet des amas de débris. A première vue, l’oeil du profane ne sait pas de quoi il est question. Mais pour les professionnels, il s’agit d’une très grande découverte. Les travaux préparatoires à l’évacuation d’énergie de Memve’ele arrivent à point nommé.

La loi n°2013/003 du 18 avril 2013 relative au Patrimoine Culturel prévoit en effet des travaux archéologiques. Ils interviennent avant tout travail d’aménagement, d’extraction, d’exploitation ou de construction dans le cadre des grands chantiers ou projets structurants.

« Il s’agit d’une structure de rebus, où on jetait le mobilier archéologique. Elle témoigne de ce que les civilisations anciennes établies au Cameroun maitrisaient la fonte du fer. Dans cette structure, nous avons retrouvé aussi bien des tuyères, du charbon. Mais aussi des briquettes ayant participé à la mise en place de cette structure  ». Une affirmation du Dr Hassimi Sambo, qui conduisait l’équipe d’archéologues ayant fait cette découverte.

      

Un site tri-millénaire ?

Sur ce point, les chercheurs tiennent à lever l’équivoque. « Ce n’est pas la structure découverte qui date de 3000 ans. Cette découverte s’appuie sur des travaux antérieurs. L’apparition du fer dans le Sud Cameroun remonterait en effet au 1er millénaire av. JC. Vu le niveau d’ensevelissement, ce site a déjà mis un certain temps. Pour avoir un âge précis, il faudrait s’appuyer sur ce que nous appelons des rapports isotopiques qui permettent de donner des bases chronologiques», précise le Dr Hassimi Sambo.

C’est donc à l’issu des différentes recherches que l’âge exact de ce site sera déterminé.

Vanessa Onana

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.