Pme : le Gicam s’engage à accompagner les entrepreneurs

Le Centre de Développement du Groupement vient d’être inauguré à Douala. Parmi ses missions, trouver des solutions aux problèmes de la Pme camerounaise.

 

Voici donc une nouvelle porte de salut pour les entrepreneurs camerounais. Un Centre de développement des Pme (Cdpme), initiative du Groupement Inter-patronal du Cameroun (Gicam). Le lancement officiel a eu lieu à Douala hier 17 avril 2018. La cérémonie était présidée par le ministre des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa). Selon Laurent Serge Etoundi Ngoa, la dextérité du Gicam est à saluer. Dans la même lancée, le gouvernement créera dans les prochains mois, 10 centres de développement des Pme. Ils seront répartis dans les dix régions du pays. Présents à cette cérémonie, les partenaires au développement comme le Bureau International du Travail. Egalement, des centaines de promoteurs de Pme, membres et non membres du Gicam.

D’après Célestin Tawamba, Président du Gicam, le Cdpme compte devenir le centre de référence d’accompagnement de la Pme camerounaise. « Il s’agit de l’organe spécialisé du Groupement pour l’accompagnement des Pme. Il soutient de manière générale l’entrepreneuriat au Cameroun », affirme-t-il.

Challenge

Les Pme ont encore un difficile accès aux financements. Pourtant, elles représentent officiellement 90%du tissu économique du pays et contribuent pour 35% au Pib. D’autres problèmes plombent aussi leur développement. Le poids d’une fiscalité et parafiscalité contraignante ; l’impréparation des dirigeants de Pme à la gestion d’une entreprise ; la faiblesse des ressources humaines ; la qualité de la gouvernance ; le manque d’éthique de certains dirigeants ; la concurrence déloyale de produits importés.

Le Cdpme se veut donc une réponse à ces problèmes. Il offre des services aux Pme, entrepreneurs, porteurs de projets et à la diaspora économique. Ses principaux axes de déploiement : développement et accompagnement de la Pme/Pmi, promotion de l’entrepreneuriat, suivi et conseils à la diaspora économique et à l’intelligence économique. « Il n’existe pas de grande entreprise sans Pme. Et il n’existe pas d’économie forte sans un tissu de Pme bien structurées », d’après Célestin Tawamba.

Dans les prochains mois, le Gicam prévoit une initiative programmée en collaboration avec des partenaires au développement. Elle visera à mettre en place une cartographie pour visualiser les éventuels financements des partenaires.

Vanessa Onana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.