OIF: la France soutient la candidature de la Rwandaise Louise Mushikiwabo

Emmanuel Macron s’est dit favorable à la candidature de Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, à la tête de l’OIF, à l’issue de la rencontre avec son homologue Paul Kagame, ce 23 mai à l’Élysée.

L’élection prévue les 11 et 12 octobre prochains à Erevan, conforte désormais la candidature de Louise Mushikiwabo à la tête de de l’Organisation internationale de la Francophonie. En substance, « S’il y a une candidature africaine au poste de secrétaire générale de la Francophonie, elle aurait beaucoup de sens. Si elle était africaine et féminine, elle aurait encore plus de sens. Et donc, je crois qu’à ce titre la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, a toutes les compétences pour exercer cette fonction (…). Je crois qu’avoir une candidate africaine est une très bonne nouvelle. Et à ce titre, je la soutiendrai », a déclaré Emmanuel Macron.

C’était au terme des échangs, à l’Élysée, ce 23 mai, avec son homologue rwandais Paul Kagame. Quant à Paul Kagame, il a exprimé sa volonté de « contribuer à la Francophonie », en insistant sur le fait que « le Rwanda n’a jamais quitté l’organisation ».

Qui est Louise Mushikiwabo?

Femme politique, Louise Mushikiwabo voit le jour le 22 mai 1961 à Kigali au Rwanda. En effet, elle a fait ses études à l’université nationale du Rwanda à Butare.  Elle y obtient un diplôme d’anglais en 1984. Elle s’envole pour les Etats-Unis en 1990. Mariée à un Américain, elle revient au Rwanda en 2008. Ainsi, elle devient ministre de l’information. Puis, ministre des Affaires étrangères en 2009. Porte-parole du gouvernement depuis près de dix ans, Louise Mushikiwabo se présente comme un personnage clé du régime rwandais.

En plus, elle fait office de figure essentielle dans le projet de réformes porté par Paul Kagame à l’Union africaine. Un projet que le chef de l’État rwandais préside cette année. De même, Emmanuel Macron entend également collaborer avec cette organisation. L’élection qui aura lieu en Arménie dans 5 mois, vise la succession à Michaëlle Jean au poste de secrétaire général de l’OIF.

Dieudonné Zra

3 pensées sur “OIF: la France soutient la candidature de la Rwandaise Louise Mushikiwabo

  • 22 septembre 2018 à 16 h 17 min
    Permalink

    Pour prétendre diriger l’OIF, il faut, en tout état de cause, être au-dessus de soupçon.
    Est- ce le cas de la candidate rwandaise, parrainée par Macron, Président de la République Française? Sûrement pas et ce, pour des raisons ci-dessous exposées.
    La candidature de Mushikiwabo au poste de Secrétaire Générale de l’OIF a surpris des Rwandais y compris ses collaborateurs directs et ce, pour plusieurs raisons.

    1/ Le Rwanda est, en droit en fait, un Etat anglophone:

    – Interdiction légale de l’usage du français au Rwanda et, peu importe les secteurs, le tout par décision unilatérale de Kagame; La candidate alors ministre du gouvernement Kagame a approuvé la décision de son patron et vilipendé publiquement la France et le français;
    – Destruction du Centre Culturel Français de Kigali sur ordre de Kagame;
    – Les jeunes Rwandais qui vont en France pour poursuivre leurs études supérieures doivent suivre obligatoirement le cours de français pendant une année et réussir le test final avant d’intégrer l’université;
    – Devant des millions de Rwandais, Kagame a exposé des raisons pour lesquelles, par décision unilatérale et contraire à la constitution rwandaise en vigueur, il a fait enrôler les Rwandais et le Rwanda dans l’anglophonie: « le français est la langue des idiots alors que l’anglais est la langue de l’intelligence et des affaires. Par conséquent, la langue des idiots doit être bannie au Rwanda » ;
    – Des centaines d’enseignants francophones rwandais ont qui ont refusé de passer le test en anglais ou qui ont échoué à ce test ont été renvoyés sans aucune forme de procédure, les journalistes en l’occurrence qui ont critiqué la décision de Kagame sont dans les tombes, en prison et en exil pour les plus chanceux ;
    – Dans la constitution de 2003 révisée en 2015, le français a été placé en troisième position. Il est inexistant dans les documents officiels rwandais telle que la carte d’identité alors qu’il était en seconde position après notre langue maternelle, le Kinyarwanda, dans la constitution de 2003; en mettant le français en troisième position, Kagame a entendu confirmer sa décision unilatérale d’interdire l’usage du français au Rwanda et partant confirmer que le Rwanda est anglophone et nullement francophone;
    – Il est interdit aux accusés rwandais d’assurer leur défense en français alors que l’usage de l’anglais devant les tribunaux rwandais est légal;
    2/ Devant des millions de Rwanda, Kagame a été limpide. Il n’a jamais demandé au Président Français Macron quoi que ce soit. C’est bel et bien celui-ci qui lui a demandé de dire à sa ministre des Affaires Etrangères de candidater au poste de SG de l’OI. Si Macron veut éjecter Madame Jean et s’il a un respect à l’endroit des chefs d’Etats Francophones, il les aurait au moins consultés préalablement à ses décision et déclaration publiques quant à son soutien à la candidature de la ministre de Kagame. Par la décision unilatérale de Macron, l’OIF est un service public français dont il a discrétionnairement le pouvoir de nommer à sa tête qui il veut et comment il l’entend. Par sa décision unilatérale, Macron prouve son mépris non seulement à l’égard des Africains francophone mais également à l’endroit des chefs d’Etats africains francophones. L’OIF est en fait un club caractérisé par des combines, arrangements et magouilles entre le Président Français et les kleptocrates africains, exécutant des décisions de leur maître; Kagame se moque aisément des enseignants rwandais qui ont refusé d’être enrôlés dans l’anglophonie et qui croupissent en prison pour plusieurs années pour atteinte à la sécurité publique du Rwanda confondu avec Kagame;

    3/ Pour montrer que cette candidature n’émane pas de lui et encore moins de sa ministre mais du Président Français Macron, devant des journalistes du monde entier à Paris, Kagame s’est exprimé en anglais et nullement en français. Quiconque de bon sens ne peut comprendre comment un président d’un pays dit francophone dont un ministre, numéro deux de son régime au demeurant a candidaté au poste de Secrétaire Général de l’OIF se soit exprimé en anglais à côté de Macron. Sachant qu’il ne sait même pas ce que signifie l’OIF et encore moins la Francophonie, qui selon ses propres mots il y quelques années devant des millions de Rwandais, sont des outils de domination et de continuation de la colonisation de la France à l’endroit des Africains francophones; Ce qui est inacceptable, selon Kagame. A contrario, il préfère paradoxalement la domination du Royaume Uni car l’anglais est la langue des affaires et de l’intelligence, selon le même Kagame; Il est enfin incompréhensible qu’un président d’un Etat dit francophone ne parle aucun mot en français;

    4/ Le même Kagame, conséquent avec lui-même, s’est adressé à ses pairs francophones dont le président du Burkina en anglais pour leur demander le soutien de la candidature de sa ministre à la tête de l’OIF. S’il avait un respect et une considération à leur égard et que pour lui, le Rwanda est francophone, il aurait pu au moins s’exprimer en français élémentaire préalablement mémorisé. Un « Homme sans honneur et sans dignité, même un chien ne peut le respecter”; ont dit nos anciens Rwandais.
    5/ Ce qui est gravissime, le CV complet permettant aux chefs d’Etats Africains de l’espace francophone ainsi qu’à Macron d’apprécier les compétences et qualités de la candidate est inexistant sur la toile alors que celui de Madame y est déjà depuis des années;

    Question:
    Si les Présidents Africains qui ont déclaré publiquement soutenir la candidature de la ministre de Kagame n’ont pas exécuté la décision du Président Français, Macron, dès lors qu’ils n’ont sûrement pas lu le CV complet de la candidate, sur quoi se sont-ils fondés pour apprécier la crédibilité et la solidité de la candidature de la ministre de Kagame ?
    Il est regrettable que les médias de leurs pays n’aient pas constaté et porté à la connaissance des publics de leurs pays cette énormité ou bizarrerie;

    6/ La candidate parrainée par Macron a la nationalité américaine par naturalisation; Ce fait pourtant notoire n’est pas mentionné dans son dossier administratif dans son pays.
    Question:
    L’a-t-elle indiqué dans sa candidature ?
    7/ Mushikiwabo est une lesbienne notoire; Le lesbianisme est une abomination dans les pays francophones en l’espèce de confession musulmane; Un musulman digne de ce nom ne peut serrer la main d’une lesbienne;
    Question:
    Les présidents africains et Macron savent-ils qu’elle est lesbienne ?
    Il est crié sur les toits qu’elle est mariée avec un américain. En réalité, aucun Rwandais ne connaît les nom et prénom de son mari et encore moins de sa couleur peau; Elle n’a pas d’enfant; C’est une vieille demoiselle;
    Question:
    A supposer qu’elle soit élue, son lesbianisme ne risque-t-il pas de porter gravement atteinte à ses missions quant à ses rapports avec les chefs d’Etats de confessions musulmane si bien entendu ils sont informés de ce fait ?
    8/ Sur ses compétences
    Les réponses de la candidate aux questions posées par un journaliste de l’AFP ont montré qu’elle a des connaissances approximatives et parcellaires relativement à l’OIF et à la Francophonie, qu’elle est excellente dans la reproduction des formules passepartout comme un perroquet, incompréhensibles et linguistiquement sans structure ; elle est incapable de rédiger personnellement un discours structuré en français;
    9/ Son programme est la transformation de l’OIF en OIM car dans son prétendu programme innovant, l’immigration occupe une place significatif. Aussi, les lecteurs de The Rwandan en français seront reconnaissants à l’endroit de celui qui aurait lu et compris le programme de Mushikiwabo et qui accepterait d’en partager avec eux.
    Le comble pour elle est que des milliers de Rwandais fuyant les conditions de vie difficiles au Rwanda et la sécheresse qui a frappé durement les paysans rwandais en particulier à l’Est du pays ont immigré vers les pays voisins à savoir l’Ouganda, la RDC et la Tanzanie. Pour éviter que le masque d’un gestionnaire exceptionnel de la chose publique en Afrique ne tombe, Kagame a refusé l’intervention du PAM pour secourir des milliers de paysans rwandais affamés et conséquemment en danger.
    Mushikiwabo, numéro deux du gouvernement Kagame, a approuvé la décision de son patron.
    Il s’ensuit qu’elle est responsable de plusieurs morts rwandais de faim et de soif en particulier les enfants et les personnes âgées. Ce fait est véridique et a été dénoncé sur la toile par des Rwandais de l’intérieur et de l’extérieur.
    Mushikiwabo entend cyniquement faire à l’OIF ce qu’elle n’a pas fait dans son pays s’agissant des immigrés africains. Elle fait une confusion entre l’OIF et l’OMI. Cette confusion est une preuve supplémentaire qu’elle ne connait rien sur l’OIF et les missions du SG de celle-ci.
    10/ Dans les pays où elle est allée demander le soutien de sa candidature, au lieu de présenter publiquement son programme et démontrer les différences avec celui de Madame Jean, trois quart de son temps ont été consacrés à la présentation de son patron et de son pays, les intérêts économiques qu’offre son pays pour les pays qui soutiendront sa candidature d’une part et chanter le même slogan à savoir tous les présidents africains qu’elle a rencontrés sont « des amis et frères » de Kagame d’autre part.
    Que celui qui a lu son programme même sommaire, hormis la reproduction (plagia manifeste) des extraits des déclarations de Madame Jean, en produise quelques extraits.

    11/ La morale, l’éthique l’honneur, la probité et la dignité sont des mots qui, en tout état de cause, doivent avoir un sens profond chez tout(e) candidat(e) au poste de Secrétaire Général de l’OIF.
    S’agissant de la candidature de la ministre de Kagame, l’indécence a été dépassée de sorte que tout homme rationnel informé peut s’interroger sur la question de savoir dans quel monde nous vivons.
    En effet, les médias francophones écrivent depuis plusieurs semaines que Mushikiwabo fait le tour du monde dans un JET PRIVE pour mener sa campagne mais ils n’informent pas les lecteurs sur – le propriétaire de ce Jet et – qui finance ses voyages sur les quatre coins du monde.
    Sur le Jet
    Des informations documentées et objectivement commentées sont la toile permettent de poser la question de savoir est propriétaire de ce Jet et qui finance les voyages de Mushikiwabo ?

    La réalité est la suivante :
    Kagame a volé cent millions de dollars US dans les caisses de l’Etat Rwandais pour acquérir deux JETS en Afrique, soit 50 millions de dollars US la pièce. I
    Ils sont ont immatriculés non pas au Rwanda mais à l’étranger.
    Kagame, président du Rwanda, patron de Mushikiwabo est bel et bien propriétaire de ces deux Jets. Ce fait est vérifiable par tout journaliste et il est d’ailleurs dans divers journaux »JET PRIVE » c’est-à-dire un avion n’appartenant pas à l’Etat Rwandais.
    Lors que de ses centaines voyages depuis leur acquisition y compris pour aller assister aux matchs de football en Europe ou lorsque son épouse veut aller faires des courses aux USA ou en Europe ou lorsque sa fille veut aller voir son petit copain qui réside aux USA, Kagame loue ses Jets à l’Etat Rwandais.
    C’est bien lui qui fixe le montant du loyer par l’heure et nullement un forfait.
    Le montant du loyer est viré par le Rwanda sur son compte ouvert dans un paradis fiscal dont il est un de grand client.
    Kagame a mis un de ses deux Jets à la disposition de sa ministre, Mushikiwabo pour mener sa campagne sur les quatre coins du monde.
    Il le loue au Rwanda en contrepartie d’un loyer dont le montant est viré sur son compte.
    Le Jet privé évoqué par les médias est donc un de deux Jets que Kagame a acquis en Afrique du Sud à cent millions de dollars US volés impunément dans la caisse de l’Etat Rwandais.
    Ce sont les Rwandais qui prennent intégralement en charge les voyages, le loyer du Jet et les frais de séjours de Mishikiwabo dans ses voyages sur tous les continents.
    Mushukiwabo sait que cet avion qu’elle utilise dans sa campagne a été acheté avec des deniers publics détournés en flagrance par Kagame.
    Le journaliste qui a porté à la connaissance des Rwandais ce détournement de cent millions de dollars US par Kagame, dit président du Rwanda et en toute impunité est dans la tombe.
    Mushikiwabo a approuvé son assassinat devant des milliers de Rwandais.
    Il s’ensuit qu’elle est directement impliquée dans les détournements massifs de deniers publics dans son pays, le Rwanda dont le détournement de cent millions par Kagame.
    Elle l’est également dans le détournement de plusieurs millions de nos francs payés par le Rwanda dans ses tours du monde évoqués par les médias francophones.
    Ce fait flagrant la disqualifie d’office au poste de SG de l’OIF. S’elle avait le sens de l’honneur, de dignité et de morale le plus élémentaire, elle se serait définitivement éclipsée.

    Or, alors que ce fait entache gravement sa candidature et qu’il devait ou aurait dû être porté à la connaissance des publics francophones, les mêmes médias ont observé ou observent le silence de tombeau.
    Ce fait est inimaginable voire impensable en France ou dans tout Etat dit démocratique.
    Pourtant Macron, parrain en chef de la candidate rwando-américaine le sait et a accepté ce qui est inconcevable dans son pays. C’est le monde à l’envers.
    Mushikiwabo est directement impliquée dans les assassinats de Rwandais à l’étranger par les escadrons de la mort du régime dont elle est un des piliers (voir les déclarations édifiantes d’un responsable du service de renseignement belge sur la toile/the rwandan en français ou veritas info en français).C’est Mushikiwabo qui gère directement le fonds spécialement dédié aux missions de ces escadrons de la mort. Avant, pendant et après leurs missions, ces escadrons de la mort sont pris en charge par les ambassadeurs rwandais dans les pays où résident les cibles à liquider, en exécution des ordres de Mushikiwabo, en sa qualité de leur supérieure hiérarchique. Mushikiwabo a toujours reconnu et approuvé sans vergogne ces exécutions des Rwandais.
    Ce fait n’a pas été démenti par l’intéressée. Il est par conséquent irréfutable.

    Les faits évoqués dans le présent commentaire sont vérifiables. Il ne s’agit d’affabulations.
    Ce qui est étonnant, du moins pour les Rwandais est le silence des associations des Etats dits démocratiques francophones qui prétendent œuvrer pour lutter contre la corruption et le détournement des deniers publics dans l’espace francophone alors qu’elles ont été informées du cas du Rwanda et de Mushikiwabo en l’occurrence. Ce que les Rwandais ont retenus relativement au cas de Mushikiwabo, les médias français sont les outils du régime en place et contre-pouvoir de leur pays.
    La France contribue à hauteur de plusieurs millions d’euros au bon fonctionnement de l’OIF. Les Français ont logiquement d’être informés objectivement sur le candidat au poste de Secrétaire Général de l’OIF d’une part et sur l’agissement de leur président au bénéfice d’une personne directement et irréfutablement impliquée dans les détournements massifs de deniers publics de son pays et donc de moralité discutable.
    Ce que les Africains francophones de la société civile reprochent à Madame Jean c’est sa complaisance manifeste à l’égard des kleptocrates et tyrans africains qui violent massivement en flagrance les droits de l’homme dont Kagame au premier rang. Aucun Rwandais n’a entendu la Secrétaire Générale de l’OIF dénoncé haut et fort les violations massives des droits de l’homme au Rwanda, les exécutions sommaires des journalistes, avocats et enfants mineurs de moins de quinze ans ainsi que les disparitions des Rwandais dont Madame Iragena Illuminée, la VOIX des enfants de rue qualifiés de déchets par Kagame. Pour ce motif, ils sont largement pour son éviction et son remplacement par un Africain outre une autre personne sauf Mushikiwabo, un des piliers du régime despotique de Kagame. Le Président Macron aurait pu avoir l’outrecuidance le respect même élémentaire à l’égard des Rwandais. Dans son pays, pour prendre une décision, il doit tenir tenir de la réaction des Français. Si la décision envisagée est désapprouvée par la grande majorité de ses concitoyens, il l’a met dans la poubelle. Sur le cas Mushikiwabo, la majorité écrasante des Rwandais se posent la question de savoir comment un Président dit d’un Etat démocratique peut oser proposer à Kagame, un tyran sanguinaire de demander à sa ministre, un des piliers de son régime notoirement despotique, au poste de Secrétaire Général de l’OIF. Il en est de même de la majorité des sociétés civiles des Etats africains francophones informées sur la nature du régime Kagame et les méfaits de Mushikiwabo. Aussi, si dans son pays le lesbianisme est un droit fondamental , ce n’est pas le cas dans tous les Etats membres de l’OIF dont une grande part sont de confessions musulmane où le lesbianisme est une abomination. Il aurait dû respecter les chefs d’Etats de ces pays car il le savait que Mushikiwabo est une lesbienne. notoire. Par ailleurs, aucun homme rationnel ne peut comprendre comment un Etat en droit et en fait anglophone peut-il membre de l’OIF. En bannissant légalement l’usage du français au Rwanda, Kagame a décidé que le Rwanda n’est plus membre de l’OIF. Les Etats membres auraient conséquemment en tiré la conséquence ou Kagame lui même aurait dû être conséquent avec lui-même. Il ne peut jeter les actes institutifs de l’OIF et ses valeurs dans la poubelle et prétendre ensuite en être membre jusqu’à obtenir la récompense de la part du Président Français Macron: la proposition du Président français de la candidature de la ministre de Kagame au poste de Secrétaire Général de l’OIF. Au travers de la proposition de macron au bénéfice de Mushikiwabo, c’est Kagame qui est récompensé par Macron, assassin notoire de six citoyens français: deux gendarmes, l’épouse de l’un deux, Gilda Didot, née Lana, le 8 avril 1994 d’une part et de trois membres de l’équipage de l’avion du Président Rwandais, le 06 avril 1994 d’autre part. Ces incohérences du Président Français dit d’un Etat de droit sont incompréhensibles. Les médias français qui dissertent depuis quelques semaines sur Benalla Alexandre observent le silence de tombeau sur la décision du Président Français au bénéfice d’un ministre d’un régime sanguinaire et des mafieux notoires.

    Répondre
    • 22 septembre 2018 à 21 h 36 min
      Permalink

      Bonsoir et merci de partager avec nous vos idées sur la question. Nous sommes heureux de vous avoir parmis nos abonnés.

      Répondre
    • 24 septembre 2018 à 11 h 55 min
      Permalink

      Bonjour et merci pour votre commentaire . Nous sommes heureux de vous compter comme membre de notre communauté web.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.