Affaire Mida: après la fermeture, neuf personnes inculpées

Ces neuf suspects et responsables de la Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique (Mida), ont été présentés au parquet du Tribunal de grande instance du Mfoundi ce lundi. L’annonce est du ministre de la Communication au cours d’un point de presse ce 11 juin 2018 à Yaoundé.

Ce point de presse a permis au ministre de la Communication, de rappeler une fois encore, le caractère illégal de la Mida. En effet, « elle est présentée par ses promoteurs sous plusieurs appellations usurpées. Entre autres, la Commanderie d’Afrique de l’ordre militaire et hospitalier de Saint Jean, Missions d’intégration et de développement pour l’Afrique – Ordre apostolique de Saint Jean », a indiqué Issa Tchiroma Bakary.

Mode d’opération de la Mida

La machine d’escroquerie mise place par la Mida, a mis en exergue le prétexte d’une formation en secourisme et à l’éducation civique et citoyenne. Puis, à chaque adhérent, les promoteurs exigeaient un montant de 12 500 Fcfa. Alors,  la promesse consiste à rétrocéder à chacun en un temps très réduit de moins d’un mois, une somme alléchante de 65 000 Fcfa. Et pour acquérir le statut d’adhérent, chaque postulant devait s’acquitter d’un paiement de frais divers de l’ordre de 40 000 Fcfa. Ainsi, « ce subterfuge a permis aux promoteurs de l’organisation Mida, de rassembler, d’importantes ressources financières, estimées à plusieurs milliards de F » a souligné le porte-parole. Or au fil du temps, de nombreux souscripteurs, se retrouvent sans aucun paiement en retour.

Mesures gouvernementales

Face à l’ampleur de la supercherie, le gouvernement a mené une enquête administrative, prescrite par le président de la République. Ainsi, au terme des investigations, neuf suspects ont été interpellés. Puis présentés hier lundi au parquet du Tribunal de grande instance du Mfoundi.

Il s’agit des nommés :
Foé Amougou Albert Cédric, administrateur général de la Mida;
Essa’Ala Ntsama Patrick alias Pen, coordonnateur de la Mida ;
Ntsama Amougou Marie Blanche qui s’est présentée sous l’étiquette d’une religieuse à l’initiative d’une fondation basée à Mbalmayo ;
Foé Louis Marie, se présentant lui aussi comme un ministre du culte ;
Nzoke Félicia Esmeralda Nicaise, agent de communication de la Mida ;
Aponteu Ganmo Christelle, secrétaire et trésorière de la Mida ;
Zoé Ndo Samuel, garde du corps du coordonnateur de la Mida ;
Bayiha II Eric Arsène, garde du corps de la trésorière de la Mida;
Mba Lah Henri, vigile de la Mida.

Par ailleurs, cinq autres suspects sont toujours recherchés:
Ayeng Zili Varène ;
Nguileng Ntsoli Ayangma ;
Foé Nkou Philomène Estelle ;
Foé Awa Anicet.
« L’enquête administrative étant achevée. Le gouvernement qui, je le rappelle, n’est ni de près ni de loin responsable de cette situation, a saisi la Justice afin qu’elle établisse les responsabilités des uns et des autres. Et qu’elle définisse les modalités de rétablissement des personnes concernées dans leurs droits respectifs » a déclaré Issa Tchiroma Bakary.

Somme recensées

Au titre de la 7e et de la 8e vague de souscription, la somme de 18 milliards 807 millions 425 mille Fca a été collectée. Cela correspond à 17 301 souscripteurs pour 1 million 504 mille 594 parts souscrites. Aussi, trois milliards 850 millions 442 mille 275 Fcfa ont été saisis. Ce qui fixe le déficit par rapport à la somme collectée à 14 milliards 956 millions 982 mille 725 Fcfa.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.