CAN 2019: le Cameroun densifie son offre touristique

Les atouts touristiques du Cameroun en vue de la CAN 2019 font l’objet des échanges au cours de la 18e session du Conseil national du Tourisme, présidée ce 26 juin 2018 par le premier ministre à l’immeuble Étoile. 

Pour faire du Cameroun une destination de rêve le gouvernement Cameroun ne compte pas lésiner sur les moyens. Tous les domaines importants seront passés en revue. Parmi ceux-ci le standing et les prestations des établissements hôteliers, la construction et réhabilitation des voies d’accès sportives, hôtelières et sanitaires, et l’accent sur les campagnes de sensibilisation, l’amélioration de l’éclairage public. À ces actions à menées, le Premier Ministre, Philemon Yang, qui présidait le Conseil a précisé la tenue des contrôles systématiques, l’opérationnalisation de huit villages artisanaux, l’extension du réseau commercial de Camair-Co, entre autres.

Dans les villes d’accueil de la compétition d’importants travaux de construction ou de rénovation sont en cours.  Concernant les loisirs, on note l’aménagement du parc récréatif d’Ebolowa, des stations nautiques de Lagdo et de Maga. Mais aussi la sécurisation du site du village de vacances de Buea.

De grands projets

Dans la perspective de la CAN 2019, plusieurs projets sont en gestation dans la ville de Yaoundé.  Entre autres, le projet de valorisation touristique et économique de la Vallée de la Mingoa et du Lac municipal, la restauration des massifs forestiers de Messa, Mbankolo et Yéyé.  Avec une moyenne de 500 mille touristes par an, le Cameroun projette de faire  de Mfou, Mbankomo, Mbalmayo et Soa, de villes satellites. Et,  Yaoundé, une mégapole.

Yaoundé, villes aux sept collines

Patrimoine naturel

Le Cameroun dispose d’un patrimoine naturel très riche et propice au développement du tourisme. En effet, 5e  pays africain le plus riche en biodiversité, le triangle national compte 8 260 espèces végétales.  409 espèces de mammifères, 542 espèces de poissons, 850 espèces d’oiseaux et 330 reptiles.  Selon le ministre de l’Environnement, la conservation et la valorisation du patrimoine naturel participent à l’émergence d’un tourisme durable. Il s’agit d’un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.