Comité de sauvegarde du patrimoine immatériel : le Cameroun membre

Depuis ce 06 juin 2018, le Cameroun fait partie des 12 nouveaux membres du comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

Le Cameroun intègre officiellement le comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine de l’Unesco. Il a été élu comme les 11 autres membres que sont, les Pays-bas ; la Pologne ; l’Azerbadian ; la Jamaïque ; le Japon ; le Sri Lanka ; le Kazakhstan ; la Chine ; le Togo ; Djibouti ; et le Koweit pour la période de 2018-2022.

C’était au cours de la 7ème session de l’assemblée générale des Etats parties de la convention de 2003 de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et de la culture (Unesco) qui s’est tenue du 04 au 06 juin 2018 à Paris en France.

Selon Narcisse Mouelle Kombi, Ministre des Arts et de la Culture, Chef de la délégation camerounaise, grâce à cette élection, le Cameroun pourra désormais mieux défendre ses positions sur le plan culturel.

« Notre présence au sein de l’instance décisionnelle de l’organe restreint de cette structure internationale nous permettre de mieux défendre les positions de notre pays, de manière à faire prévaloir la vision généreuse qui est celle du Cameroun du point de vue du rôle de la culture comme ciment de l’unité, facteur d’inclusion sociale », a-t-il déclaré.

Rôle du comité

Les fonctions principales du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel seront de promouvoir les objectifs de la Convention; de donner des conseils sur les meilleures pratiques ; de faire des recommandations sur les mesures de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le Comité étudiera ensuite les demandes d’inscription sur les Listes ainsi que des propositions de programmes ou de projets.

Il est aussi responsable de fournir une assistance internationale. Son rôle est de préparer la mise en œuvre de la Convention, principalement à travers l’élaboration d’une série de directives opérationnelles et d’un plan pour l’utilisation des ressources du Fonds pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel tel que défini dans l’article 25 de la Convention. Il soumettra ces documents à l’Assemblée Générale pour approbation.

D’une superficie de 526.000 hectares, la réserve de faune du Dja et le Tri-national de la Sangha, un écosystème de 746.309 hectares sont les seuls sites camerounais inscrits dans le patrimoine mondial.

Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.