Conférence sur les armes légères: l’optimisme des participants

Au terme de trois jours de réflexion au ministère des Relations extérieures à Yaoundé, les participants à la 1ère conférence des pays signataires de la convention de Kinshasa, expriment leur satisfaction, en dépit des défis majeurs en perspective.

Louise Mushikiwabo, Ministre rwandaise des Relations extérieures

Parmi les participants aux travaux de Yaoundé, elle a confié que « les États vont collaborer beaucoup plus étroitement. Nous nous réjouissons du fait que le Cameroun qui a fait preuve de leadership va au cours de deux prochaines années, présider aux destinées de cette convention. On est en train de faire un travail d’harmonisation, l’engagement est total. On a fait le travail diplomatique, mais sur le terrain, nos pays collaborent déjà. Ce que signifie cette réunion, c’est plus de collaboration, une meilleure organisation à travers ce secrétariat. »

Dr. Ivor Richard Fung, Chef Branche des armes conventionnelles à l’ONU

Secrétaire de la conférence de Yaoundé, cet expert fait partie du panel des participants qui ont brillé par la qualité de leurs contributions.
« Pour mettre en œuvre une convention de ce genre, extrêmement ambitieuse et ça nous rend optimistes, on demande à la sous-région de disposer d’un fond d’affectation spéciale. En effet, cela permettrait aux États parties de faire des contributions pour la gestion de la convention. Il y a aussi l’engagement politique consigné dans la convention (…). Il faudrait qu’il ait au sein des commissions mixtes, des volets de sécurité.  Mais aussi des aspects qui concernent des patrouilles militaires. Voilà des perspectives qui donnent confiance aux participants » a-t-il avancé.

Propos recueillis par Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.