Drépanocytose : le Cameroun fermement engagé dans le combat contre la maladie

A l’occasion de la 10ème journée mondiale de la drépanocytose, une vaste campagne vient de se tenir à travers le pays. Objectif, sensibiliser les populations quant aux moyens de prévention de la maladie.

 

Du 12 au 19 juin 2018, Yaoundé, Douala, Bafoussam et Batouri étaient les points stratégiques d’une campagne d’information sur la drépanocytose. Une initiative de la plateforme des Associations camerounaises de lutte contre la Drépanocytose, et en partenariat avec le ministère de la Santé Publique. Il était donc question, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre la drépanocytose (19 juin), d’éduquer le plus de personnes possibles sur cette maladie. C’est ainsi que pendant ces huit jours, consultations gratuites, sensibilisations sur le don de sang ; et distribution de kits santé se sont enchaînées. Avec comme sites d’accueil l’hôpital central de Yaoundé, l’hôpital Laquintinie de Douala ; et les hôpitaux régionaux de Bafoussam et Maroua.

La drépanocytose également appelée anémie falciforme ou hémoglobine S, est une maladie génétique (héréditaire) résultant d’une mutation de l’hémoglobine. C’est donc une maladie du sang, les globules rouges sont déformés et ont du mal à circuler dans les vaisseaux. Les symptômes apparaissent le plus souvent dès l’âge de 5 ou 6 mois.

Statistiques

Au Cameroun, on enregistre chaque année environ 6.000 naissances de bébés drépanocytaires. D’après l’Oms, 2% des bébés en Afrique centrale et à Madagascar naissent avec la forme la plus grave de la maladie. Et parmi eux, 50 à 75% décèdent avant l’âge de 5 ans, en l’absence d’une prise en charge adaptée. L’Iecd, l’Afd et la Fondation Pierre Fabre décident dès 2014 de s’unir pour un projet de quatre ans. Objectif, réduire la mortalité et la morbidité liées à la drépanocytose, et améliorer les conditions de vie des malades. Et c’est depuis 2015 que le programme est actif au Cameroun. Avec pour première action, le renforcement dépistage des enfants.

Vanessa Onana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.