Ramadan 2018: les musulmans ont prié pour une paix durable au Cameroun

Fortement mobilisés au Complexe islamique de Tsinga à Yaoundé en ce jour de fête de rupture du jeûne de Ramadan, les fidèles musulmans ont demandé à Allah de veiller à la stabilité du Cameroun et les autres pays.

Difficile de se frayer un chemin à l’intérieur et à l’extérieur du Complexe islamique de Tsinga à Yaoundé ce matin du 15 juin. Après une trentaine de jours de dévotions, presque tous les fidèles musulmans ont fait le déplacement.

Objectif:  rendre grâce à  Allah. Dans son sermon,  l’Imam Antar Ben Muhammad a souligné que celui qui jeûne a deux joies. En effet, « l’une quand il rompt le jeûne. Et l’autre lorsqu’il va rencontrer son Seigneur. »

Revenant au contexte sociopolitique du Cameroun, l’Imam a insisté sur la définition de la religion musulmane. En effet, « Notre religion est une religion de miséricorde, d’amour. Et non de terrorisme » a-t-il martelé.  Il s’adresse ainsi à ceux qui perpétuent des crimes au nom de l’Islam. Et de poursuivre, « l’Islam s’inscrit en faux contre de tels agissements. Dans ce pays béni, préservez ce bien précieux que le Seigneur  vous a accordé. Le bien de la sérénité et de la stabilité. »

Exhortation de l’Imam

Dans son sermon très suivi par les fidèles, hommes, femmes et enfants, l’Imam Antar Ben Muhammad exhorte les parents à mieux  encadrer les enfants. Afin dit-il « qu’ils aient une bonne éducation.»

Cette prière collective était aussi l’occasion de prier pour l’épanouissement des populations camerounaises.

Par ailleurs, de nombreuses autorités administratives ont assisté à ce moment de communion. Cliquez ici pour plus d’informations sur le jeûne du Ramadan, 4e pilier de l’Islam.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.