Sialy 2018: pour une meilleure visibilité des entreprises

Le Salon permet à chaque édition aux entreprises de se vendre et de faire des affaires. Cette année c’est plus de 200 exposants au  Palais des congrès de Yaoundé. 

Le Sialy constitue pour les entreprise, une plateforme sous-régionale qui met en vitrine le secteur agricole africain en général et camerounais en particulier. À l’initiative du ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, l’événement offre aux exposants  une foire exposition, des rencontres d’affaires B2B. Mais également des moments de formation sur la transformation des produits locaux.  Face à plus de 300 mille visiteurs, ce salon constitue une opportunité d’affaires.

“Camco”, Entreprises Machines agricoles

Ainsi, les acteurs de l’économie locale et internationale, ont l’occasion de développer des relations commerciales ou des partenariats. Dans ce sens, Valentin Ndi, Directeur Marketing de Machines agricoles, confie que « nous sommes ouverts et proposons au public camerounais et africain notre savoir-faire. » Quant à la promotrice des bouillies, Clarisse Fondzewong, ce salon permet de « présenter les produits et d’avoir plus de visibilité. »

“NT Foods”, Entreprise de Bouillies enrichies etc.

Partage d’expertises

Au-delà de ventes produites, le Sialy se présente comme un cadre d’échanges propice pour les entreprises. En effet, elles y participent aux conférences-débats afin d’accroitre la compétitivité de l’agroalimentaire camerounais et sous-régional Afrique centrale. C’est aussi l’occasion de débattre sur la problématique de la transformation des produits locaux estimée à seulement 30%.

Manioc camerounais

Pour Bibiane Motto Atsama, promotrice du Salon international de l’agro-industrie de Yaoundé, ce taux s’améliore de manière progressive.  « Pendant les premières éditions du Salon, les femmes apportaient du tapioca et autres produits sans emballage. Mais aujourd’hui, les emballages sont de mise » se réjouit-elle.  Toutefois, les producteurs font face aux défis des infrastructures de transport, de l’énergie,des équipements et de  financement, entre autres.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.