Le grand-maître Dalla Torre fait Docteur honoris causa

L’université de Yaoundé I a décerné cette haute distinction de Docteur honoris causa au grand-maître de l’ordre souverain de Malte en visite officielle au Cameroun, ce 17 juillet 2018.

C’est presque toute la communauté universitaire de Yaoundé I qui a pris d’assaut l’amphithéâtre 700 ce mardi. Enseignants de tout grade, chercheurs, étudiants et membres du gouvernement, tous ont vécu ce moment solennel. Parmi les présences remarquables, celle du ministre de l’Enseignement supérieur, le Pr. Jacques Fame Ndongo. Et, celle du recteur de l’université de Yaoundé, le Pr. Maurice Aurélien Sosso. Après avoir été élevé à la distinction de Docteur honoris causa, le grand-maître de Malte a saisi l’occasion pour faire un plaidoyer.

En effet, Dalla Torre a exhorté les universitaires à pérenniser l’existence des lettres dites mortes dont le Grec, le Latin. Mais aussi à une utilisation intelligente des TIC qui aident à la construction des savoirs. Pour cet événement scientifique hautement symbolique, la chorale de la mère des universités du Cameroun a donné la voix. Une journée chargée dont la réception officielle offerte par le premier ministre à l’hôtel Mont Febé vers 19h, marque la dernière articulation.

Doctorat honoris causa

Du latin causa, le Docteur honoris causa exprime le but, précédé du génitif de honor, honoris, l’honneur. C’est donc un titre honorifique décerné par une université ou une faculté à une personnalité éminente. Parfois abrégé en Dr h. c., ce doctorat permet à une université de souligner l’œuvre de cette personnalité ou son implication dans une communauté. Une manière de magnifier les œuvres du récipiendaire sur le plan international.

Il offre également une visibilité à l’université et encourage la participation du Docteur honoris causa au financement de cette dernière. Quant au choix des docteurs honoris causa, cela relève d’un comité scientifique. Il comprend les membres les plus futés du corps professoral de l’université et sa direction. Aussi, cette procédure d’exception permet-elle d’honorer simultanément le récipiendaire et l’institution.

Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.