Candidats recalés : la dernière occasion

Au regard des affaires enregistrées dans le cadre de ce contentieux pré électoral de la présidentielle, la probabilité d’un changement sur la liste des candidats reste très faible. Le cas Olivier Bilé retient néanmoins l’attention des observateurs.

À une heure de la clôture de la réception des dossiers de candidature ce 18 juillet, Olivier Bilé avait relancé le suspens à mobilisant les médias autour de sa caution. Il accusait les services de l’Etat de n’avoir pas prévu un dispositif pour réceptionner les 30 millions de FCFA mobilisés jusqu’à la dernière heure. En déposant son dossier il s’emploie à faire la plus grande publicité sur ce qu’il considère comme une réserve sérieuse. Il le fera savoir aux responsables de la direction générale des Elections, pas compétents en cette matière. Il affirme avoir fait un constat d’huissier.

le temps du contentieux

Lorsqu’il est recalé par le conseil électoral, c’est naturellement que le  président de l’UPF dépose un recours. Au bout de la procédure, il veut réparer le défaut de présentation du certificat de versement de la caution. C’est l’unique raison de rejet de son dossier. Il dit être prêt à compléter son dossier avec le feu vert du Conseil Constitutionnel pour déposer ce certificat de versement des 30 millions de FCfa requis. Peut -il prouver que la trésorerie de Yaoundé n’avait pas prévu de service de permanence? Y a t-il habituellement une organisation spéciale de ce service de l’État en pareilles circonstances?

Combien de candidats au final ?

La question du dispositif de gestion par les services de l’Etat des candidats aux élections l’enjeu de ce recours? Il est possible que le TPG de Yaoundé ait pris toutes les dispositions. Le débat pourrait reposer sur le respect des heures légales travail des services publics en toute circonstance. Pour sa première présidentielle, le Conseil Constitutionnel doit dire le Droit et soutenir  la jurisprudence. Le cas du promoteur du “foyisme” relève l’intérêt  de cette journée de règlement du contentieux  pré électoral de la présidentielle 2018. Le nombre de candidats sera t-il à deux chiffres ?

Elvis Mbimba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.