contentieux pré-électoral: 11 recours, 11 rejets

Tous les recours examinés par le conseil constitutionnel ont été rejetés lors de l’audience publique de ce jour.

Pas de réhabilitation pour les postulants dont les dossiers de candidature ont été invalidés par le Conseil électoral. Sur les 11 recours examinés par les membres Conseil constitutionnel ce vendredi, aucun n’a pas prospéré, si ce n’est sur la forme pour certains. En effet, l’audience présidée par Clément Atangana a permis de relever de nombreux cas de violation du Code électoral. C’est le cas d’Aboubakar Kamaldine dont le recours porte sur l’injustice des membres Elecam Douala et de la Préfecture du Wourri. A l’unanimité, les membres du Conseil ont jugé sa requête irrecevable, car il n’a pas déposé de dossier de candidature.

Concernant l’affaire Kum Ane Ihims contre le candidat du Rdpc Paul Biya, le Conseil constitutionnel parle de violation des articles 122 et 124 du Code électoral. De plus, il n’apporte aucune preuve soutenir l’invalidation de la candidature du président national du Rdpc. Par conséquent, son recours n’a pas abouti. Idem pour le Vincent-Sosthène Fouda à qui le Conseil demandait de fournir les preuves du cautionnement de 30 millions et les 300 signatures. Alors, l’instance conclut qu’il a violé l’article 122 alinéa 2 du Code électoral

Salle d’audience

 

Principaux motifs du rejet

Deux pièces essentielles ont écarté les candidatures des postulants au fauteuil présidentiel. Il s’agit du reçu attestant le versement du cautionnement de 30 millions de Fcfa et les 300 signatures des personnalités issues des 10 régions du Cameroun. Le Rev. Rigobert Gaban Midanha se trouve dans cette situation. Quant à Geneviève Zeh Amvene, sa requête n’a aucun rapport avec les principes juridiques. Elle soutient que sa candidature vient de Dieu, un argument qui ne peut prospérer là où le Code électoral constitue le guide de décisions.

Cas Olivier Bilé…

Le président de l’UFP qui n’a pas pu déposer le cautionnement de 30 millions, espérait une suite favorable à son recours. Malgré son argumentaire selon lequel les services de la trésorerie général de Yaoundé, n’étaient pas ouverts à son passage vers 22h. Cela n’a pas convaincu les 11 sages. Pourtant, c’est l’unique pièce qui manquait dans son dossier. Déçu, il sollicite l’intervention du président de la République. Autre recours qui a trait à l’absence du reçu de cautionnement, celui de Léopold Steves Djoumou.

En plus, le président de l’UREC n’a pas respecté l’article 122 du Code électoral. Pareil pour Valentin Egono de l’UCDI qui a violé les articles 122 et 124 du Code électoral. Ces derniers précisent les pièces à fournir. Aussi les recours de Bertin Kisop qui portent sur « l’injustice d’Elecam » et « l’invalidation de la candidature de Biya Paul du RDPC » ont-ils été rejetés. En effet, il n’a fourni aucune preuve liée à l’objet de sa requête. En définitive, 9 candidats participent au scrutin du 7 octobre 2018.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.