Lutte contre la corruption : la Conac cible les administrations publiques

Une caravane d’apposition de plaques anti-corruption vient de se déployer à Yaoundé, sous la houlette de la Conac. 

« Le service public est gratuit ». Cette phrase, écrite dans les deux langues officielles, est désormais bien lisible sur les murs des bâtiments de service public camerounais. Elle est au centre d’une plaque apposée par la Commission Nationale Anti-corruption (Conac). Au bas de l’affiche, on peut lire : « Dénoncez tout acte de corruption à la Conac ». Suivi d’un numéro vert, le 1517, et de l’adresse complète de la Conac.

Sur le terrain, hommes et femmes, vêtus de t-shirts et de casquettes estampillés au slogan de la campagne, arpentent les rues de Yaoundé. Leur cible, les édifices abritant des services publics et parapublics. Mais aussi les usagers. Des tracts sont distribués aux passants, chauffeurs de taxi et toutes personnes susceptibles d’être un usager. La caravane d’apposition de plaques anti-corruption s’est déployée sur trois itinéraires, pour près de 150 sites. Parmi ceux-ci, Ministères, mairies, sous-préfectures, lycées, hôpitaux, écoles supérieures, postes de police et de gendarmerie.

Objectifs

Le Président de la Conac, le Révérend Docteur Dieudonné Massi Gams, parle de l’objectif de cette campagne. « Aujourd’hui, nous sommes montés d’un cran. Nous avons commencé par l’éducation, la sensibilisation et par l’information. Cette année 2018 est pour l’Afrique l’année de lutte contre la corruption. Nous ciblons la fonction publique parce qu’elle a suffisamment de services à rendre au public. Ces plaques que nous apposons sont là pour faire comprendre aux usagers que le service public est gratuit. En dehors des frais légaux, il n’y a rien à payer de plus. S’il y a un dérapage, le citoyen peut nous contacter ». Les dénonciations de tentative de corruption étaient déjà nombreuses à la Conac. Une centaine par jour, d’après l’institution. Dieudonné Massi Gams affirme qu’avec cette campagne, les dénonciations pourraient varier entre 200 et 300 par jour.

2 pensées sur “Lutte contre la corruption : la Conac cible les administrations publiques

  • 1 septembre 2018 à 10 h 08 min
    Permalink

    Très belle initiative de la part de la Conac ,ensemble luttons pour l’éradication de la corruption au Cameroun

    Répondre
    • 22 septembre 2018 à 22 h 08 min
      Permalink

      bonsoir et merci pour votre message. nous sommes contents de vous avoir parmi nos abonnés.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.