Présidentielle 2018 : les 50 engagements d’Akere Muna

L’ancien bâtonnier du Cameroun le dit d’avance « cette liste ne constitue bien sûr pas l’ensemble du programme que le gouvernement de la Nouvelle République entend mettre en œuvre ». Il ne faudrait donc pas réduire les propositions de ce candidat à la présidentielle à cette liste d’engagements.

Comment comprendre donc ce document de 13 pages soumis à l’opinion public. Une mise en contexte permet de comprendre les origines de cette liste. Fort de ce que le Cameroun  « n’a pas réalisé son auto-évaluation », prescrite par le processus du MAEP, entendez Mécanisme africain d’évaluation par les pairs, Akere Muna a entrepris de faire conduire ce travail par des experts nationaux. A la suite des conclusion de ce groupe de travail, il suggère donc des stratégies qui favoriseront « l’adoption de politiques de valeurs, normes et bonnes pratiques de gouvernance politique et économique, conduisant à la stabilité politique, à une intégration sous-régionale et continentale accélérée, et enfin à une croissance économique et un développement durable », précise le document.

Le contenu des engagements

Quatre thèmes majeurs déclinés en 12 sous-parties constituent l’ossature de cet engagement pris officiellement devant les Camerounais. Le premier thème, « démocratie, gouvernance politique et justice », propose des reformes sur le mandat présidentiel, les organes constitutionnels, la création de certaines institutions, le financement de la vie politique, la liberté d’expression, la réforme de l’état civil et la promotion de la méritocratie, etc. à la suite de celui-ci, « gouvernance et développement économique ». Booster et stabiliser la croissance économique semble être l’objectif final. Pour ce faire Akere Muna compte, « créer un dispositif local de soutien aux entreprises et PME, créer une commission nationale indépendante de lutte contre la corruption, appuyer le secteur informel, la transparence totale des finances, le soutien aux entreprises camerounaises exportatrices, entre autres.

Mais encore…

Le troisième groupe d’engagements, « développement social et inclusion », comporte le plus grand nombre de points.  24 engagements y sont consignés. Parmi ceux-ci « l’accès au logement, l’électricité, le principe de parité, la prolongation du congé de maternité payé, l’élaboration d’un plan national pour l’entrepreneuriat féminin, la mise en place de  l’assurance maladie universelle, les salles de classe du cycle primaire à moins d’un kilomètre, une université dans chaque région». Le quatrième thème, « le Cameroun dans le monde », promet aux Camerounais, principalement ceux de la diaspora « la construction d’infrastructures nécessaires et les accords idoines pour favoriser le commerce et l’intégration régionale et continentale, la mise en œuvre de la double nationalité, faire rejoindre la CEDEAO au Cameroun  et la mise en place d’un service de soutien aux investissements de la diaspora au Cameroun »

Afin que

Avec ces 50 engagements initiaux, le candidat Akere Muna, leader du Mouvement NOW, espère « initier le débat sur les éléments du futur programme, dans  l’optique de mieux définir ce que chacun de nous peut faire pour la Nouvelle République, avant de nous interroger collectivement le moment venu, sur ce que la Nouvelle République pourra faire pour nous.  Car, le changement c’est ici et maintenant.

Ici la dernière sortie médiatique d’Akere Muna

Vers une Nouvelle République

Danielle Mouadoume B.

2 pensées sur “Présidentielle 2018 : les 50 engagements d’Akere Muna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.