Rentrée scolaire 2018 : le paiement électronique entre en jeu

Le paiement des frais de scolarité dans les établissements publics d’enseignement secondaire se fera désormais via les services de mobiles.

Mardi 28 août 2018. Il est exactement 10 h et de longues files d’attente se sont formées devant le guichet de l’intendant du lycée de Mballa 2. Et pourtant, le nouveau mode de paiement des frais de scolarité validé le 01 juin 2018 entre Pauline Nalova Lyonga, ministre des enseignements secondaires, le Directeur de la Cameroon Postal Services (Campost), les représentants des opérateurs de Mobile Money, Orange Money et Express Union, est entré en vigueur.

Désormais, le paiement de la scolarité se fera via les services financiers mobiles Orange Money, Mtn Mobile Money, Express Union Mobil Money et Campost Money. Un nouveau système qui n’a pas l’air d’arranger certains parents qui expriment clairement leur mécontentement.

« Le fait de payer la scolarité en elle-même via les services de mobile n’est pas un problème. Ce qui est embêtant, ce sont toutes les étapes à traverser pour pouvoir enfin rentrer en possession du reçu d’inscription », explique Richard Ngassa, parent d’un élève en classe de 3ème. Placé en dernière position de la file.

Processus

Raimatou N., mère de deux élèves inscrits ici est courroucée par ce processus. Après quelques heures d’attente, elle brandit enfin le reçu qu’elle vient d’obtenir. Sur celui-ci, nous pouvons clairement lire la mention « Ape » (Association des Parents d’élèves ; Ndlr). D’une valeur de 17 000 Fcfa, c’est ce fameux sésame qui donne droit à chacun personne à inscrire un code et les coordonnées pour l’éventuel versement des frais de scolarité. Une fois fait, retour à l’établissement pour l’enregistrement définitif.

« C’est vraiment incroyable. Au lieu de nous faciliter la tâche, ces transactions sont à la limite des tracasseries. Je suis obligée de supporter de nombreuses heures d’attente, tant dans les agences de téléphonies mobiles, que sur les files d’attente de l’école. On aurait pu permettre que nous payons tout une fois à un seul endroit », se plaint-elle.

Complexité

Approché, un responsable de l’établissement qui a choisi de garder l’anonymat, dit ne pas comprendre lui-même ce système. Il craint d’ailleurs que des limites soient vite décelées à celui-ci. Il reconnait néanmoins que cela permettra véritablement de réduire la corruption en milieu scolaire. Cette innovation qui vise à optimiser la traçabilité des fonds a pour objectif de réduire le marchandage des places dans les écoles publiques ou encore le détournement des frais d’examen versés par les élèves.

Du côté des sociétés de téléphonies mobiles, notamment dans les agences de la vallée Nlongkak et du carrefour Bastos, le processus a du mal à prendre corps. De nombreux parents venus faire les paiements n’ont pas été orientés.

Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.