Afo-Akom: « L’unité nationale doit être renforcée »

L’artiste musicien et leader d’opinion Afo-Akom, s’exprimait ainsi dans une interview accordée à Crtv Web, ce 26 septembre 2018 à Douala.

Qu’attendez-vous du futur président de la République du Cameroun ?

Je reviens sur ce que j’avais chanté il y a 28 ans. Il faut que chaque camerounais se sente camerounais à part entière. L’unité nationale doit être renforcée. Pour cela il faut qu’il ait la décentralisation. Aussi, l’intégration nationale doit-elle être effective, non pas seulement dans les discours.

En tant que leader d’opinion, que suggérez-vous concrètement au prochain chef de l’État ?

Nous sommes fatigués des discours et de vivre dans l’espoir. Il faut que chaque camerounais mange à sa faim. J’insiste également sur la mise en pratique de la décentralisation au Cameroun. Cela va réduire les revendications et les soulèvements populaires. Pour moi, le futur président de la République ne doit pas être un commerçant. Le slogan ne suffit plus, il faut avoir le sens du concret, de la réalisation. Il faut que le président apprenne à anticiper les problèmes et les crises. Au candidat qui va gagner, il faut ramener la paix dans ce pays.

Le pasteur Frankline Ndifor fait partie des 9 candidats en lice, que vous inspire son projet de société ?

Même dans les églises, il y a la politique. Si ce n’est pas seulement le cinéma, une nouvelle vision sera la bienvenue pour le Cameroun. Parfois on peut ignorer tel ou tel candidat, or peut-être c’est un envoyé de Dieu. Même s’il ne gagne pas, il a passé un message, un homme de Dieu peut aussi apporter le changement et qu’on peut lui faire confiance.

Propos recueillis par @Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.