Rentrée scolaire 2018 : la difficile séparation

Agés entre 3 et 4 ans, les tous petits vont pour la 1ère fois à l’école. Au grand dam des parents qui redoutent ce passage oblige. Retour sur quelques clichés enregistrés en ce jour de rentrée scolaire dans certains établissements de Yaoundé.

Valérie Atangana, 3 ans à peine est en larmes ce lundi 03 septembre 2018 au complexe scolaire St Joseph de Mvolyé à Yaoundé. Sa maman venue l’accompagner pour son 1er jour de classe, s’en va et ceci malgré elle, sans regarder le derrière. La scène, riche en émotion, fait pleurer plus d’un. En moins d’une minute, les autres enfants l’imitent et très vite, on ne s’entend plus.

Malheureusement, la grille qui sert de séparation, n’aidera en rien. Car, elle n’empêche pas aux uns et aux autres de se jeter un regard, les yeux noyés de larmes. Ce sera ainsi pendant une trentaine de minutes environ. Un moment mis à profit pour les « au revoir », avant l’intervention semi-musclé des forces de l’ordre réquisitionnées à l’occasion.

Sidonie A., finit par se résigner. Non sans nous dire sa douleur. « Ma fille a à peine 4 ans. Et son père a insisté pour qu’elle ailles à l’école. Ceci malgré mon refus », déplore-t-elle.

Comme elle, Ernest T., un journaliste en service dans un média de la place refuse de partir en laissant sa fille dans cette crise larmoyante. Il est déjà 9h, et il ne réalise même pas qu’il sera en retard au travail.

 

La rentrée de tous

En effet, aujourd’hui, c’est la rentrée scolaire dans toute l’étendue du territoire national. Dans les lycées, collèges, établissements primaires et maternelles, l’affluence est à son comble. Parents, enseignants et apprenants se sont levés aux aurores pour éviter d’être en retard. Le premier jour de la rentrée selon les sceptiques, est sacré.

Cette conception, Isabelle N. et sa fille l’ont bien compris. Les visages illuminés par des grands sourires, elles se prêtent au jeu du meilleur « selfie ». Ceci en attendant que la classe commence enfin. « Ma fille a très bien pris le fait de ne plus rester avec moi à la maison. C’est un peu normal, car moi-même j’y suis très rarement à cause des contraintes professionnelles. Je n’ai même pas eu besoin de la réveiller ce matin », nous relate la jeune femme d’affaires. L’heure des au revoir venue, c’est à une séance câlins que nous avons droit.

La sonnerie stridente viendra alors mettre fin à ce spectacle d’un autre genre. A petits pas, les élèves vont rejoindre leurs salles de classe en musique. Ah oui, ici, la cadence, c’est un rituel apprécié de tous.

Bonne rentrée à tous.

Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.