Présidentielle 2018 : Akere Muna reçoit le pouvoir des femmes de Meiganga

Elle sont femmes et gardiennes de la ville de Meiganga, comme elles aiment à le dire. Elles ont profité du meeting du candidat du FPD pour lui donner leur bénédiction.

Un rituel des plus inattendus, constitué d’une danse traditionnelle, des paroles prophétiques et de l’usage d’une calebasse sacrée. Voilà l’arsenal utilisé pour élever Akere Muna à Meiganga, au rang de dignitaire.
Aussitôt le bâtonnier arrivé à la place du meeting, les femmes l’ont assiégé. Avant toute autre chose, elles ont voulu lui donner les armes pour assumer la fonction souhaitée, celle de président de la République du Cameroun. Dans un exercice et un parler propres à elles, elles ont prononcé des paroles symboliques, qui ont scellé leur choix.

Un rituel de courte durée mais des plus expressifs: d’abord, les femmes ont encerclé le candidat du Front populaire pour le développement. Ensuite, elles l’ont aspergé d’eau à l’aide d’une feuille, introduite dans une calebasse. La foule a également profité de cette onction des femmes. Ces gardiennes du peuple ont enfin préservé Akere Muna de quelque danger possible afin qu’aucun obstacle ne se dresse sur sa route pour le Palais d’Etoudi. Lui seul, diront-elles, peut désormais occuper la fonction de président de la république et rien ne pourra l’en empêcher.

Après cette phase prophétique, le geste tout aussi révélateur de l’intention.. La calebasse est remise au nouveau « chef ». Avec deux mains, il soulève l’objet au-dessus de sa tête : signe d’acceptation. Le rite est scellé. Désormais, affirment-elles, il n’a plus rien à craindre. La victoire lui est garantie. Akere Muna très ému poursuivra alors son meeting.

Danielle Mouadoume B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.