Présidentielle 2018: les requêtes de Kamto et Osih rejetées

Les candidats du MRC, Kamto et du SDF, Osih, ont été déboutés par le Conseil constitutionnel respectivement les 18 et 19 octobre à Yaoundé.

Houleux. Les débats l’ont été cette semaine au Conseil constitutionnel. L’exercice a parfois imposé des nuits blanches aux membres de la juridiction et à l’assistance. Ce contentieux post-électoral visait l’annulation partielle ou totale de l’élection du 07 octobre dernier au Cameroun. Car, les requérants s’appliquent r des “fraudes massives” ou plus simplement des irrégularités.

Maurice Kamto et sa défense
Requête de Maurice Kamto

Ce candidat souhaitait l’annulation partielle du scrutin dans 07 régions du Cameroun. Aussi fustige-t-il , l’épuisement de ses bulletins dans les bureaux de vote, l’expulsion de ses représentants des bureaux. Il parlait aussi du non respect du délai d’affichage des listes électorales et de la répartition inégalitaire des fonds alloués à la campagne. Pour son recours, neuf moyens ont été déployés. Le Conseil fonde son rejet sur l’absence de preuves.

Osih face aux conseillers
Requête de Joshua Osih

Pour le candidat du SDF, “il n’y a pas eu élection dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest”. En cause, l’insécurité ambiante. De plus, il parle des ” irrégularités de nature à mettre à mal l’unité nationale du Cameroun.” Comme le premier requérant, sa kyrielle d’avocats n’a pas pu convaincre les membres du conseil. Les juges n’ont pas eu les preuves espérées.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.