Présidentielle 2018: la commission Essombe attend les derniers procès-verbaux

Selon le président de la Commission, l’instance attend les procès-verbaux des départements du Mfoundi, du Wouri et de la Manyu  et cinq autres de l’étranger pour rendre sa copie.

Les travaux de la Commission nationale de recensement général des votes tirent à leur fin. D’après le président Émile Essombé, la quasi-totalité des procès-verbaux ont été reçus et traités. Encore attendus au niveau national, ceux du Mfoundi, du Wouri et de la Manyu. Dans la diaspora, ceux des États-Unis, de l’Allemagne, de la Chine, le Royaume-Uni et le Japon.

 Représentants des partis politiques

Subdivisée en sous-commissions, la Commission nationale de recensement général des votes devra boucler son rapport au plus tard ce samedi, 13 octobre 2018, « si les procès-verbaux restants parviennent » indique Émile Essombé. En effet, le procès-verbal général sera transmis au Conseil constitutionnel, le lundi 15 octobre, précise le président.

Émile Essombé, Président de la Commission
Travail de la Commission

D’après l’article 69 du Code électoral, la Commission nationale de recensement général des votes procède au décompte général des votes, au vu des procès-verbaux. Mais aussi des pièces annexes transmises par les commissions départementales de supervision des votes. Ainsi, elle redresse les erreurs matérielles éventuelles de décompte des votes.

Cependant, elle ne peut annuler les procès-verbaux correspondants. Ensuite, la Commission établit un procès-verbal général de toutes ses opérations. Ensuite, elle le multiplie en autant d’exemplaires que les membres. Puis, elle le transmet accompagné de pièces annexes dans un délai de 5 jours au Conseil constitutionnel.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.