Nouveau septennat: annonces de Paul Biya pour la jeunesse

Le président de la République a demandé à la jeunesse de ne pas perdre espoir dans son discours de prestation de serment, le 06 novembre 2018 à l’Assemblée nationale.

Des mots suivis des actes. Le président de la République vient d’ordonner le recrutement de 2000 enseignants d’université à l’horizon 2021. En rappel, le 06 novembre 2018 lors de sa prestation de serment, Paul Biya demandait à la jeunesse de ne pas perdre espoir. « J’ai compris votre aspiration profonde à des changements qui vous ouvrent les portes de l’avenir et permettent votre plein épanouissement » a-t-il ajouté. Une semaine après, il apporte ainsi une réponse à l’une des préoccupations majeures des jeunes, le chômage.

Programme en faveur des jeunes

Soucieux de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes, le gouvernement a mis sur pieds de nombreux programmes à travers ses ministères spécialisés. Entre autres, le Programme d’appui à la jeunesse rurale et urbaine. Créé en 2007, le Pajer-U est mis en place par le biais du ministère de la jeunesse et de l’éducation civique. Objectif : combattre efficacement le chômage et la précarité en milieu jeunes. Dans ce sens, il consiste en l’appui technique et financier des jeunes non-scolarisés et déscolarisés.

En plus, le Pifmas, Projet d’insertion Socio-économique des Jeunes par la création des micro-entreprises de fabrication du matériel sportif. Il a été créé en 2007 à l’initiative du ministère de la Jeunesse et de l’éducation Civique. Ce programme promeut l’emploi et l’auto-emploi des jeunes.

A cela s’ajoute, le Programme d’Appui aux acteurs du secteur informel créé en 2004. Structure gouvernementale rattachée au ministère de l’emploi et de la formation professionnelle, elle accompagne financièrement les jeunes promoteurs. Pour plus d’efficacité et afin d’assurer un meilleur suivi des jeunes bénéficiaires de crédit, le Piaasi collabore étroitement avec les communes.

Plan Triennal “Spécial Jeunes”

C’est l’instrument par lequel le gouvernement entend booster l’insertion socioéconomique des jeunes. Son lancement date du 11 janvier 2017 par le premier ministre, sur instructions du président de la République. À la clé, 102 milliards de Fcfa à la disposition de potentiels bénéficiaires. Plus de 160 mille jeunes déjà inscrits. Par ailleurs, la mise en place du Programme d’aide au retour et à l’insertion des jeunes de la diaspora remonte à février 2017.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.