Nouveau septennat: coup d’accélérateur sur les projets structurants

Le président Paul Biya compte au cours de ce nouveau septennat achever les chantiers entamés et concrétiser d’autres pour garantir aux populations un mieux-être.

Dans son objectif de faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035, Paul Biya a fait du Cameroun vaste chantier depuis 2011. A ce jour plusieurs sont achevés ou en cours d’achèvement.

Parmi ces grands projets, le barrage de Lom Pangar, le Port en eau profonde de Kribi, le deuxième pont sur le Wouri, le barrage de Memve’ele, pour ne citer que ceux-là. Ces réalisations ont permis de pallier de manière significative le déficit énergétique et en eau des populations.

Afin de rester constant, le nouveau Président démocratiquement élu, le 7 octobre dernier promet de tout faire pour accélérer le processus. Alors que les statistiques indiquent que 35 % seulement de Camerounais ont accès à l’eau potable, le Chef de l’État prend l’engagement de trouver solution. Ainsi, d’ici l’année prochaine, le pays se fixe l’objectif de produire 3000 mégawatts.

Première action

En attendant l’année prochaine des actions ont toute suite été posées après la prestation de serment. Le Ministre des Finances est revenu triomphant de la France avec un financement de près de 800 milliards de Fcfa pour le barrage de Nachtigal dans la région du Centre. Le projet qui devrait résoudre considérablement le déficit. Il permettra à lui seul de fournir 30% de l’offre. Situé dans le départ du Mbam,  le projet vise la construction d’une ligne de transport d’électricité de 50 km jusqu’à Nyom. Le chantier de construction devrait générer jusqu’à son apogée jusqu’à 1 500 emplois directs, « dont 65 % d’emplois locaux recrutés dans un rayon de 65 km autour du site de construction.

Les autres projets

A côté de ce projet d’envergure le Président de la République compte achever l’autoroute Douala- Yaoundé, les ports et les aéroports. Des actions aux incidences directes notamment la création de dizaines de milliers d’emplois directs et indirects, le transfert des compétences, la modernisation des infrastructures et l’amélioration des conditions de vie des populations.

Sur le plan économique il sera question d’impulser le développement par la création d’industries, de villes nouvelles et la multiplication des infrastructures. A cela se greffe le 2e pont sur le Wouri qui facilite déjà la mobilité à Douala.

Le 06 novembre dernier Paul Biya a pris l’engagement d’accélérer tous ces projets. « Nous continuerons à développer nos infrastructures de transport (routes, ports, aéroports), mais aussi pour faciliter les communications avec nos voisins » a souligné le chef de l’État.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.