#BiyaSpeech18: pallier le déficit énergétique

Le chef de l’État entend mettre à la disposition des populations des infrastructures d’énergie durable, à la fois pour répondre aux besoins de l’agro-industrie et des différents secteurs industriels.

Le septennat des Grandes Opportunités constitue un tournant décisif pour l’industrialisation du Cameroun. Engagement réitéré par le chef de l’État le 31 décembre dernier après son discours de prestation de serment le 6 novembre 2018. En effet, Paul Biya mise sur un projet ambitieux. À savoir, faire oublier aux populations les tristes souvenirs des délestages, de la rareté de l’eau potable et des routes impraticables, voire inaccessibles.

Quelques réalisations

De nombreux grands projets comblent déjà les attentes des populations.  Qu’il s’agisse d’accès à l’énergie, à l’eau potable ou la mobilité urbaine. Il s’agit des barrages hydro-électriques dont le barrage de Lom Pangar, le Port en eau profonde de Kribi, le deuxième pont sur le Wouri et le barrage de Memve’ele. Dans son message à la nation, Paul Biya a souligné que « Ces réalisations ont permis de pallier de manière significative le déficit énergétique et en eau des populations. » À ces acquis vont s’ajouter des centrales solaires destinées à l’électrification des zones rurales. Ces réalisations ont permis de pallier de manière significative le déficit énergétique et en eau des populations.

Projections 2019

Déterminé à faire de ce nouveau septennat un succès, le président de la République s’engage à accélérer la construction des routes, autoroutes, ports. Mais également des aéroports au bénéfice de l’économie nationale et de la mobilité des Camerounais. Aussi Paul Biya a-t-il instruit le gouvernement de donner corps au barrage de Nachtigal dans la région du Centre. Déjà, le ministre des Finances a obtenu 800 milliards de Fcfa au terme d’un accord avec la France.

Incidence directe

Ce projet qui devrait résoudre considérablement le déficit énergétique, permettra à lui seul de fournir 30% de l’offre. Par ailleurs, le chantier de construction peut générer jusqu’à 1 500 emplois directs, soit 65 % emplois locaux. En plus, l’achèvement de l’autoroute Douala- Yaoundé, les ports et les aéroports tient à cœur le chef de l’État. Car, il y a la création de dizaines de milliers d’emplois directs et indirects en vue.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.