Barrage de Bini Warak: le gouvernement calme les tensions

Le ministre du travail et celui de l’eau et de l’énergie se sont rendus sur le site des travaux pour résoudre les problèmes qui ont causé le ralentissement des travaux.

Deux ministres, pour clarifier la situation qui prévaut sur le chantier du barrage hydroélectrique de Bini Warak. Grégoire Owona et son homologue, Gaston Eloundou Essomba sont allés à la rencontre des parties prenantes du chantier. La visite ministérielle a eu lieu ce 13 février 2019 sur le site situé dans la région de l’Adamaoua.

Entretiens

Les deux membres du gouvernement ont tour à tour entendu les chefs traditionnels, les responsables de la société chinoise Sinohydro, maître d’œuvre du chantier ainsi que les représentants des employés.
A l’issue de ces entrevues les deux ministres ont prescrit la poursuite du chantier. Grégoire Owona et Gaston Eloundou Essomba ont également promis de résoudre le problème dans les meilleurs délais.

La genèse

À l’origine de cette démobilisation, le licenciement en masse de près de 75% des effectifs globaux du chantier. L’entreprise justifierait son acte pas des soucis de trésorerie auxquelles elle fait face depuis plusieurs mois. À ce jour seule une quarantaine d’ouvriers restent opérationnels sur le site. Un nombre insuffisant pour remplir le cahier de charges assigné au constructeur. Le délai de livraison étant fixé en 2021 pour ce chantier qui a été ouvert en 2017. Les travaux ne sont qu’à la phase des préliminaires. Et le ralentissement actuel est observé depuis la fin d’année 2018. Les deux ministres ont promis de faire remonter les doléances pour un retour à une activité optimale sur le chantier.

Le barrage

D’une capacité de 75 MW, le barrage de Bini Warak, très attendu par les populations des régions septentrionales du Cameroun, serait d’un grand secours. Le barrage de Lagdo, principale source d’énergie du Grand Nord n’étant plus capable de satisfaire toute la demande d’énergie de cette partie du pays.

Danielle Mouadoume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.