Département du Mfoundi: le Préfet suspend les activités de la police municipale

La décision du Jean Claude Tsila intervient après l’altercation entre un conducteur de moto et la police municipale.

« Les activités de la police municipale de la communauté urbaine et des sept communes de Yaoundé sont suspendues à compter de ce mercredi pour une durée de 30 jours. La mesure de suspension est susceptible d’être reconduite si les nécessités l’imposent ». C’est la substance du communiqué du préfet du département du Mfoundi. Jean Claude Tsila a confié à la presse que les éléments de la police municipale font l’objet de mécontentement de nombreux vendeurs ambulants et moto-taxis depuis un certain temps. Selon le préfet, les multiples plaintes des usagers font remonter « l’escroquerie et les abus » dont ils sont victimes au quotidien.

Ce qui s’est passé…

Cette mesure du préfet vient soulager les usagers du secteur informel. L’arrêté fait suite l’altercation entre
un conducteur de moto d’une trentaine d’années le mercredi 13 février 2019. Tout ceci à la suite d’un contrôle inopiné de la police municipale. D’après le président de l’Association des conducteurs de motos taxis d’Elig-Edzoa, Minko, « Le conducteur de moto a demandé à l’agent de la mairie de lui remettre les clés de sa maison après confiscation de l’engin, l’agent municipal a refusé de les lui remettre. Une violente bagarre entre les deux s’en est suivie. Le conducteur de la moto qui saignait a été conduit à l’hôpital central de Yaoundé. Sur les lieux, un véhicule des éléments de la police municipale et un engin à deux roues ont été incendiés par les conducteurs de motos courroucés.

Depuis un certain temps…

Dans la ville de Yaoundé, les agents de la police municipale ne cessent de l’objet de vives critiques. En cause, des interpellations intempestives des conducteurs de motos. En effet, les agents de la mairie sont accusés de demander les pièces d’identités notamment le permis de conduire et la Carte nationale d’identité à des jeunes qui cherchent à joindre les deux bouts. En rappel, les tracasseries contre les conducteurs de motos découlent de leur interdiction de circuler dans tous les quartiers de la capitale.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.