Présidentielle 2019 au Nigeria: Buhari appelle à un scrutin pacifique

Le président sortant a mis en garde les fauteurs de troubles au terme de la réunion d’urgence tenue le 18 février 2019 à Abudja.

Encore trois jours de campagne électorale pour plus de 60 candidats en lice pour convaincre les 84 millions d’électeurs inscrits. Cette décision de la Commission électorale nigériane indépendante intervient au moment où des inquiétudes enflent sur sa capacité à organiser un triple scrutin présidentiel, législatif et sénatorial crédible et transparent. En rappel, prévu le 16 février, ces élections générales ont été reportées au 23 février 2019 pour défaut de logistique.

Objectif de la réunion d’urgence

Muhammadu Buhari sous sa casquette de président fédéral en exercice et chef des Armées, tenait à mettre en garde ceux qui tenteraient de perturber le processus. « J’ai déjà ordonné à la police et a l’armée d’être sans pitié. Nous ne serons pas blâmés ou tenus pour responsables de vouloir truquer ces élections. Celui qui pense avoir assez d’influence dans sa localité pour commander des voyous à voler des urnes ou perturber le scrutin, le fera aux dépens de sa vie », a prévenu le candidat de la majorité.

Pour Atiku Abubakar…

Le principal adversaire du président sortant voit une menace en cette déclaration de Buhari. En effet, il accuse le camp du candidat de l’APC de vouloir retarder le scrutin afin de « conserver le pouvoir ». En attendant, le scrutin du 23 février 2019, les candidats ont donc jusqu’à jeudi 21 février pour séduire de potentiels électeurs.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.