Algérie : Le temps de l’incertitude

 

24h après le retrait d’Abdelaziz Bouteflika de la présidentielle 2019 en Algérie, le pays entre dans une phase transitoire incertaine.

 

La principale question qui se pose en Algérie depuis plusieurs heures, est celle de l’avenir du pays. En effet, l’élection présidentielle était prévue le 18 avril prochain. Avec le retrait du Président Bouteflika, elle est reportée à une date ultérieure. Probablement, « dans le prolongement de la Conférence nationale inclusive et indépendante », selon les propos du Président sortant.

La question de la succession reste également sans réponse. Abdelaziz Bouteflika ne briguera pas un 5ème mandat, et dans le même temps, il limoge Ahmed Ouyahia, son Premier Ministre. Plusieurs autres mouvements dans le gouvernement font suite à ce limogeage, ce qui achève de semer le doute dans les esprits.

 

Contestations

Après 20 ans au pouvoir, le Président algérien est au centre du e grande vague de contestation. Depuis plusieurs semaines, dans les rues, les citoyens exprimaient leur mécontentement. Finalement, ce lundi 11 mars 2019, Abdelaziz Bouteflika annonce son retrait, dans un communiqué rendu public par l’agence de presse officielle.

Du côté du l’opposition, la nouvelle est encore difficile à avaler. Le quotidien El Watan parlait ce mardi matin de « ruse ».  Une opinion que partagent certains ex ministres, comme Abdelaziz Rahabi. 

Le mandat du Président algérien sortant, Abdelaziz Bouteflika, doit prendre fin le 28 avril prochain.

Vanessa Onana 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.