Paludisme : le dard meurtrier

A l’origine de cette maladie mortelle qu’est le paludisme, une simple piqûre de moustique.

 

Le paludisme ou malaria est une maladie potentiellement mortelle, due à des parasites transmis à l’homme par des piqûres d’anopheles femelles infectés. Ces moustiques sont appelés « vecteurs de paludisme », et transmettent 5 types de parasites.

Le « plasmodium falciparum » est le parasite responsable de la plupart des cas mortels dans le monde. A côté de lui, le « P. Vivax », qui est prédominant hors de l’Afrique. 

Lorsqu’un moustique infecté pique un individu non immunisé, les symptômes du paludisme apparaissent entre 10 et 15 jours après. Fievre, frissons et maux de tête peuvent ne pas être aigus, biaisant ainsi le diagnostic. Dans les 24h, un traitement doit être administré. Sinon, la malaria à plasmodium falciparum peut évoluer vers une affection sévère, voire mortelle.

Pour qu’un moustique transmette le palu, il doit avoir lui-même été infecté au préalable. Se nourrissant de sang, un moustique peut piquer une personne malade, absorber son sang, puis piquer une personne saine et l’infecter. D’où la qualification de « vecteur » de paludisme.

D’après l’Oms, en 2016, on recensait 216 millions de cas dans 91 pays, avec 445,000 décès.

Vanessa Onana 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.