#France2019: la tanière pleure Ghislaine BEBOM

Des larmes à peine voilées, silence inhabituel, la tanière des Lionnes pleure le mentor, la sœur aînée qui s’en est allée.

Géneviève NGO MBELECK n’a pas son appareil musical, le son bien monté comme à son habitude ce 11 juin alors qu’elles prennent la direction de Valenciennes. Gabrielle ABOUDI ONGUENE n’a pas plié son short pour sortir une dernière touche d’animation, comme elle sait le faire. Dans un coin, ISIS SONKENG qui visionne une vidéo de Ghislaine Vivante éclate en sanglot, directement rejoint par un ensemble d’autres Lionnes, la tanière pleure.

ABOUDI ONGUENE n’en revient pas

« Pride BEBOM », son petit nom, en français, “la fierté de BEBOM”. Gabrielle ABOUDI ONGUENE est fortement frappée par le départ brusque de Ghislaine BEBOM : « Nous étions vraiment très proches ,c’était ma mère donc c’est difficile pour moi et je tiens à remercier mes coéquipières qui sont là pour moi. Je sais que ce sera encore plus difficile , parce qu’après un match , on recevait souvent les messages de critiques où on elle disait ce qu’il fallait faire , ce que tu ne devais pas faire. Mais là, tu prends ton téléphone et tu ne trouves rien ça devient de plus en plus difficile. Mais, je sais que j’ai une famille ici avec moi elle va m’aider à traverser ce moment difficile ».

Le souvenir qu’on garde de Ghislaine

Elle n’a pas entrainé la sélection nationale des Lionnes Indomptables, mais son passage à l’encadrement de LOUVES MINPROFF a fait qu’elle a vu passer et adopté la grande majorité des actuelles footballeuses professionnelles. Augustine EDJANGUE se souvient d’une dame au grand Cœur :

« ça a été très dur pour nous. Son décès nous fait tellement mal parce que c’était une dame de cœur qui aimait tellement le sport et qui nous aimait vraiment. Elle a toujours voulu que nous fassions de très belles prestations. Malheureusement son décès est arrivé avant le match contre le Canada. Hier on a joué un match qu’on avait envie de gagner pour lui faire cet hommage ».
Hommage mérité pour Gaëlle Enganamouit :

« c’est vraiment triste, on aurait vraiment voulu lui donner cette victoire. C’est Jehovah qui donne et c’est lui qui reprend. On va juste prier que sa mémoire repose en paix ». Une rage perceptible même dans les gradins. Là-bas, la performance a plu malgré la défaite. Seidou MBOMBO NJOYA :

« ça été un moment très douloureux pour nous tous mais en particulier pour les filles qui ont été très marquées. Il a fallu d’ailleurs les assister, leur remonter le moral et trouver les mots pour les galvaniser. Elles ont joué ce match avec une pensée forte pour Ghislaine. Ça été un moment pénible mais elles ont réussi à prendre le dessus et se redonner un moral pour rendre hommage à la défunte ».
La Lionne Ghislaine est morte, vive la Lionne.
Odeline Stella Mouazan, envoyée spéciale à Montpellier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.