Préparatifs Aïd el-Kebir: les dames se bichonnent

À quelques heures de la fête du sacrifice, les  femmes multiplient des astuces pour être belles.

 

Dans les quartiers Briqueterie et Tsinga de la ville de Yaoundé, l’effervescence de la fête se fait ressentir. Les domiciles se sont transformés en institut de beauté pour la circonstance. Jeunes filles, femmes, et mamans ne manquent pas d’astuces pour être la plus belle. Quoi de mieux que les dessins  henné, appelés localement sifa.

Au quartier Tsinga, il est 15h35, dans le domicile de Asta Aboubakar, âgée d’une vingtaine d’années, elle réalise les dessins du henné à des femmes pour différentes occasions depuis près de dix ans. Dans sa cours, les dames de divers âge se sont alignées en fil d’attente. Assises sur des nattes, elles attendent patiemment leur tour. ” A la veille de la fête je reçois beaucoup de clientes, toutes cherchent à se faire une beauté avec le sifa” déclare-t-elle. Pour les plus nantis, le service se fait à domicile, et la facture est plus élevée que les autres. Juste en face d’elle, sa voisine fait des tresses, typiquement du nord, avec des design différents. Il est donc possible un deux en un, au grand bonheur de certaines, qui trouvent là un gain de temps.

Les composantes

Chacune d’elles vient avec son matériel de dessin. Vendus en paquet de 500 et de 2000 Fcfa, ils sont constitués d’une boîte en poudre de couleur blanche  et de diluant. Asta va ensuite procéder à la composition des produits en quantité proportionnelle. Le résultat sera un liquide de couleur noire. Elle va ensuite, à l’aide d’un entonnoir, dessiner avec précision sur les mains et les pieds des clientes, selon le modèle commandé.  Il arrive parfois que les clientes proposent des dessines sur d’autres parties du corps. Partie après partie, les dessinatrices prennent leur temps pour attirer la clientèle. En haut, en bas, à droite ou à gauche, après une quarantaine de minutes,  voire une heure de temps, le chef d’œuvre est fin prêt, il ne reste plus qu’à faire sécher les dessins

” La fête de l’année dernière, j’ai pas pu faire le sifa, et cette fois ci j’ai voulu faire plaisir à mon mari. Il m’apprécie plus quand j’ai ces dessins sur le corps”, explique l’une des clientes. Les prix des dessins vont de 1500 à 5000 francs.

Sifa: un accessoire de séduction

Pendant deux semaines au moins, les clientes pourront admirer les dessins qui disparaîtront progressivement. Baptêmes, mariages et fêtes, sont là quelques occasions durant lesquelles les femmes se livrent à ces artifices. Symbole de séduction et de beauté dans plusieurs tribus du nord, le sifa attirent beaucoup de femmes même de confession non musulmane.

Amina Malloum (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.