Fichier solde de l’État: résultats des premiers virements individualisés

Les 412 401 personnels inscrits au fichier solde de l’État, perçoivent leur salaire à travers le nouveau mode de paiement, le virement individualisé depuis fin août 2019.

 

De la parole à l’acte. L’opération lancée en août 2019 par la Direction générale du Trésor, de la coopération financière et monétaire du ministère des Finances, porte les fruits. A la clé, une importante économie sur la masse salariale. En effet, les 412 401 personnels inscrits au fichier solde de l’État, encore en activité ou à la retraite, ont reçu un virement individuel. C’est grâce à l’application appelée Système de télécompensation en Afrique centrale (SYSTAC) qui vise la traçabilité et le toilettage régulier des cas de décès des agents publics, des relevés d’identité bancaires erronés des agents fictifs.

En rappel, l’opération d’assainissement du fichier solde de l’État a permis de recenser 410 000 matricules. Mais seuls 388 000 ont été validés. Soit 22 mille fictifs rayés du système.

Bilan des premiers virements

Un mois après le lancement de cette opération d’assainissement, le directeur du Trésor, de la coopération financière et monétaire, Sylvestre Moh Tangongho relève que pour la fin du mois d’août dernier :
– Sur les 412 401 personnels, il y a eu 239 cas de virements non conformes,
– 1524 rejets ayant conduit à des rejets au Trésor public,
– 1000 cas de décédés parmi les rejets,
– 50 cas ayant fait l’objet de réclamation et de régulation.
Selon le directeur général du Trésor, des actions seront menées auprès des 15 banques dans lesquelles les salaires et pensions seront virés afin de faire sur la situation.

En effet, « le système utilisé avant n’obligeait pas les banques à retourner les virements à problèmes, contrairement au SYSTAC en vigueur » explique Sylvestre Moh Tangongho.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.