#OpenSchoolsNow, la rentrée digitale

La campagne de communication #OpenSchoolsNow pour la reprise des cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest se déroule depuis une semaine dans l’espace public numérique camerounais. Décryptage

Des enfants impliques dans #OpenSchoolsNow
Des enfants posent pour l’école

Le hashtag #OpenSchoolsNow  s’impose comme la touche digitale de la rentrée scolaire au Cameroun. Derrière ce mot dièse se cache une campagne visible sur la toile depuis le 27 août dernier. Elle démarre à la fin des vacances scolaires. L’anglais est la langue de la campagne qui vise les populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Une franche de camerounais plutôt tentée par le déplacement interne. Un compte Twitter @OpenSchoolsNow relaie la campagne. les plateformes WhatsApp, YouTube, Facebook et Instagram portent aussi des actions.

Le contenu du visuel

Le hashtag #OpenSchoolsNow en évidence au centre d’une ardoise. Sur les angles, une petite carte du Cameroun à gauche  et le drapeau du pays à droite . Sous le message, le hashtag #237Stand4Education, suivi de la phrase “In the North West and South West”. Deux autres hashtags completent  en complément, #Cameroon et #LetUsBackToSchool  . Ce visuel est  disponible en photo de couverture ou en photo de profil. Il y a aussi ce flot d’informations sur le droit à l’éducation des enfants.

Tous impliqués

Les concepteurs de la campagne ne se mettent pas particulièrement en avant. La démarche est néanmoins  soutenue par les pouvoirs publics. Avec le soutien de plus en plus important des VIP. Paul Atanga Nji, Narcisse Mouelle Kombi, Malachie Manaouda , Gaston Eloundou Essomba, Charles Ndongo et le député Fritz Ngeke avaient ouvert le bal. Des artistes comme Ange Emerant Ebogo, Ktino Ascenseur, des journalistes,  des chefs d’établissement à l’instar du proviseur du lycée Leclerc et d’autres personnalités. Ils ont, à visage découvert, présenté le visuel principal de la campagne #OpenSchoolsNow.

 

La convention de Genève (12 août 1949) sert de  fondement juridique à la campagne. Cette convention sacralise le droit à l’éducation de tous les enfants. La campagne #OpenSchoolsNow veut protéger ce droit que les enfants du Nord-Ouest et du Sud-Ouest partagent  avec ceux du monde entier. L’éducation n’est donc pas un privilège mais un droit pour cette jeunesse sacrifiée depuis trois ans à l’autel des ambitions égoïstes des sécessionnistes. L’année scolaire s’ouvre cette fois encore sur une opération « Villes Mortes » de deux semaines dont l’ambition peut [etre de poser une hypothèque sur l’année scolaire.

Une riposte communicationnelle

Mutations fait sa une sur #OpenSchoolsNow
Qui était véritablement l’intrus ?

Cette campagne s’engage également à donner une riposte à ceux qui soutiennent le boycott de l’école dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.  Ces médecins, enseignants d’université, avocats ont une vie normale aux Amériques, en Europe et en Afrique. Tous assurent pourtant la scolarité de leurs proches. Certains le font sur place au Cameroun. #OpenSchoolsNow surfe aussi sur le  retour à la sagesse de certains leaders sécessionnistes. Ces derniers appellent désormais leurs proches à reprendre le chemin de l’école.

La riposte communicationnelle n’enregistré cependant pas que des soutiens. Des voix s’élèvent pour affirmer qu’une amorce de dialogue est plus efficace qu’une campagne. Dans le bouillon d’activités du jour de rentrée scolaire, c’est la campagne qui a retenu l’attention de la presse écrite nationale. Pourtant la reprise des cours dans ces zones est une aspiration forte de l’immense majorité de camerounais.

Elvis Mbimba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.