#CmrDialogue: la question de la double nationalité

Les explications relatives à cette requête des Camerounais de la Diaspora se trouvent à l’article 6, premier paragraphe de la Constitution, chapitre II, portant attribution de la nationale camerounaise.

 

L’article 6 de la constitution sur la nationale dispose que, est Camerounais:
– L’enfant légitime né de parents camerounais;
– L’enfant naturel, lorsque les deux parents à l’égard desquels sa filiation a été établie sont camerounais,
– L’enfant légitime dont l’un des parents est camerounais.

L’article

L’article 9 précise que, est Camerounais l’enfant né au Cameroun de parents inconnus. Toutefois, il sera réputé n’avoir jamais été camerounais si, au cours de sa minorité, sa filiation est établie à l’égard d’un étranger, et s’il a, conformément à la loi nationale de cet étranger, la nationalité de celui-ci.
Intégralité des articles sur la nationalité camerounaise.

La double nationalité

Selon Dr Déli Tizé Téri, enseignant-chercheur en Migrations internationales, la double nationalité signifie que « vous êtes à la fois ici et là-bas. C’est être un Camerounais transnational qui a une vie dans le pays d’accueil et une vie dans le pays. C’est-à-dire, bénéficier des opportunités des deux côtés ». Pour ce chercheur, la double nationalité, c’est donc être à la fois de nationalité camerounaise et de nationalité du pays d’accueil et pouvoir jouir de leurs droits civiques de chaque côté.

Que gagnerait le Cameroun?

Pour le Dr. Déli Tizé Téri, qui a soutenu une thèse de Doctorat PhD sur les questions de Migrations internationales, c’est davantage le Cameroun qui tire un grand avantage de la double nationalité. En effet, « il y a une théorie qu’on appelle Migrations et Développement, c’est-à-dire comment la diaspora peut contribuer à l’amélioration des conditions des populations dans leur pays d’origine”.

Dr. Déli Tizé Téri, Département Anthropologie, Université de Yaoundé I

Selon ce chercheur, la double nationalité favorise davantage l’investissement national des Camerounais de la diaspora. C’est pourquoi il estime qu’il est impérieux que le gouvernement leur crée un Secrétariat d’État en charge des questions de la diaspora ou une autre structure spécialement dédiée à leurs préoccupations.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.