Yaoundé Ville Propre : le quartier Melen remporte le prix

En décrochant haut la main le premier prix de ce concours initié par le Ministère de l’habitat et du développement urbain, le quartier Melen (Ydé 6ème) se définit comme l’espace le plus propre de la capitale.

Ce mardi 8 octobre, c’est avec une joie particulière que la Cheffe de Melen VI, sa Majesté Arlette Ndi Foe, que nous sommes accueillis en plein marché Melen, lieu qui a valu au quartier le premier prix. Primée comme le quartier qu’elle supervise à l’issue du concours, ceci au même titre que six autres chefs de quartier, elle exhibe avec fierté le trophée qu’elle tient entre ses mains, assise sur son fauteuil royal, déplacé à l’occasion.« Nous avons travaillé main dans la main. Les habitants, les bayam-sellam, les conducteurs de motos et toutes les associations qu’on retrouve à Melen », déclare-t-elle.

A la mairie de Yaoundé VI, le 2ème adjoint au Maire, Ghislain Kwayeb Mbiada, a l’air satisfait. Lui, c’est l’homme du terrain. Depuis le lancement du concours le 28 août 2019, il est à pied d’œuvre. Ceci pour s’assurer que son arrondissement sera en tête de classement.

Avec son équipe, il descendait dans le quartier pour s’assurer que le travail évoluait bien et profitait pour coacher au besoin. « Nous avons des quartiers qui ont carrément loué des engins pour venir faire la cure des caniveaux. Toutes les populations se sont vraiment unies. Connaissant l’animation et le degré de pollution qu’il y a habituellement dans ce quartier, ce premier prix va vraiment galvaniser les riverains », nous explique-t-il.

 

Un travail bien fait

La tenacité de Ghislain Kwayeb Mbiada et ses équipes a fini par payer. Désormais, le quartier Melen a fière allure. Et pourtant, durant plusieurs années, les commerçantes côtoyaient flaques d’eau, poussière et boue. A présent, leur zone de commerce est bien goudronnée. Les efforts cumulés ont permis de rassembler plus de 500 000 FCFA. Somme grâce à laquelle le travail de crépissage du sol a été possible. « J’avais perdu beaucoup de clientes, parce qu’elles ne supportaient pas de venir faire leur manucure dans un comptoir noyé dans la boue. Regardez à présent comment elles sont à l’aise », confie avec fierté Anne, spécialisée dans l’onglerie.

Tout le long de la clôture du Centre Hospitalier Universitaire, sur le trottoir, aucun bout de papier ne traîne. Et dire qu’il y a quelques semaines, ordures, amas de planches, ferrailles, avaient fini par se fondre dans le décor. Le terre-plein central, pour sa part, donne un nouvel éclat à la route. Les citadins l’ont peint en rose et blanc, sans doute pour marquer la nouvelle vie de Melen.

 

Vanessa Onana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.