Elig Effa : un incendie ravage des commerces

Bilan de cet incident, une menuiserie et un snack-bar calcinés, mais pas de perte en vies humaines.

Tout débute dans la nuit du 12 janvier, aux environs de 20h30. Certains habitants du quartier Elig Effa (Chapelle) constatent qu’il y a des flammes qui s’échappent de la menuiserie située à quelques mètres. Alerté, Gabriel Ndongo, propriétaire, arrive en trombe. Les flammes continuent leur course folle, et s’attaque au bistrot voisin.

« Je ne travaille pas le dimanche, mais systématiquement quand je pars, tous les appareils sont débranchés. Donc il ne peut pas provenir d’un problème électrique. J’ai tout perdu, tout mon matériel, les meubles des clients, et des appareils que certains voisins venaient garder chez moi. Tondeuses à gazon, générateurs,… Malheureusement, les sapeurs pompiers sont arrivés en retard, et ont trouvé que les flammes avaient déjà tout détruit », se lamente-t-il.

 

Interrogations

Dans le voisinage, on collecte plusieurs versions sur l’origine de cet incendie. D’aucuns affirment qu’il est parti du snack-bar. D’autres, qu’il venait de la menuiserie. D’autres encore, que c’est un problème électrique. Mais sur ce dernier volet, Gabriel Ndongo est sceptique.

« Mon compteur alimente la maison d’un voisin. Si vraiment c’était une question d’électricité, ce voisin aurait aussi écopé. Hors, pendant que les flammes évoluaient, il regardait sa télévision sans savoir ce qui se passait dehors. Ce n’est que lorsque les flammes ont atteint le compteur et l’ont fait exploser, mettant ainsi le voisin dans l’obscurité, qu’il est sorti de chez lui. Sa maison n’a pas eu grand chose comme dégât ».

Encore sous le coup du choc, le propriétaire de la menuiserie ne parvient pas à se projeter dans l’avenir. Sur les lieux, l’équipe Crtv Web n’a pas pu rencontrer le propriétaire du snack-bar.

Vanessa Onana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.