Législatives et municipales 2020: les derniers réglages

À 48h du lancement officiel de la campagne électorale ce 25 janvier, pour le double scrutin du 9 février prochain, les principaux partis politiques en lice et autres acteurs du processus se disent prêts.

 

Affiner les stratégies afin de se donner toutes les chances de gagner. Voilà la préoccupation majeure des différentes formations politiques en compétition pour les prochaines élections législatives et municipales. Entre temps, Elections Cameroon travaille à la disponibilité du matériel électoral dans les délais sur l’ensemble du triangle national avant le jour du vote.

Au ministère de l’Administration territoriale, l’heure est à l’établissement des accréditations des observateurs électoraux dont les dossiers ont été acceptés. Au sein des différents états-majors, l’on procède aux ultimes réunions, concertations, coups de fil aux alliés. Bref, place à la concentration maximale, en vue d’avoir un ascendant psychologique et moral sur les camps adversaires.

Président national du PCRN, Cabral Libii

Au sein du PCRN

L’état-major du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN), fonde sa confiance sur la politique de terrain. Ici, la sérénité est de mise. Selon Clément Roger Brice Mahailet, tête de liste à Kribi I, région du Sud, « le PCRN n’a pas peur de ses adversaires. C’est une grande première. Le PCRN est le premier parti à affronter le RDPC à Kribi. Pour nous, c’est déjà un grand pas. Et sur le terrain, nous aurons des arguments » confie-t-il. La formation politique n’attend plus que le lancement officiel de la campagne afin de dévoiler son plan de déploiement et stratégies d’approche.

Le vice-président du SDF, Joshua Osih

Le SDF est optimiste

L’un des principaux partis de l’opposition au Cameroun se dit également prêt pour le double scrutin du 9 février 2020. Pour le vice-président du Social democratic front (SDF), Joshua Osih, « Nous allons à cette élection et nous gagnerons des sièges. Nous ne pouvons arrêter la guerre que si nous sommes représentés dans les institutions ». Face aux adversaires, le SDF exprime son optimisme, notamment dans son fief, la région du Nord-Ouest où il entend rafler presque tous les sièges. Selon Joshua Osih, ce double scrutin devra permettre aux populations de prendre leur destin en main, en particulier dans les régions en crise.

Le SG du Comité central du RDPC, Jean Kuete

RDPC est fin prêt

L’état-major du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), a indiqué que l’objectif est de tout rafler le 9 février prochain. Le secrétaire général du Comité central du parti au pouvoir, Jean Nkuete, l’a réitéré aux militants et sympathisants, le 20 janvier à la Maison du parti de Bonanjo à Douala. C’était l’occasion de faire l’état des lieux avant le lancement officiel de la campagne pour les élections législatives et municipales. Ainsi, la feuille de route du parti a été présentée:
– maintenir la cohésion sociale,
– garder la sérénité,
– maintenir l’éveil politique.
Par ailleurs, la rencontre a également permis au Comité central du Rdpc d’inviter leurs militants à retirer les cartes d’électeurs et leur distribution.
Sans être exhaustif, presque le même état d’esprit anime, l’UPC, l’UNDP, le CDP et l’ensemble des formations politiques en lice pour le scrutin du 9 février 2020.

Empaquetage du matériel électoral, ELECAM

ELECAM est prêt

L’un des acteurs phares du processus, notamment en termes d’organisation du scrutin, Elections Cameroon, rassure l’opinion sur son optimisme. Notamment quant au respect scrupuleux des délais de livraison du matériel électoral. Le directeur général des élections, Erik Essoussè souligne qu’ils avancent «sereinement dans l’organisation matérielle pour que nous pussions être prêts, pour que le 9 février, tout le monde aille voter sereinement et en toute sécurité ».
Concernant le matériel électoral constitué des bulletins, isoloirs, enveloppes, les procès-verbaux, les bureaux de vote, le directeur d’ELECAM salue l’expertise dont a bénéficié son instance par la Communauté des États d’Afrique Centrale (CEEAC).

À l’observation, aucun acteur ne veut rater le train de la dernière ligne droite.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.