Chokouali Jean Paul : « Nous attendons la réaction du MINREX »

Ce camerounais a réagi à notre article sur les rapatriements des camerounais bloqués à l’étranger. Jean Paul Chokouali et son compatriote Leon Paul Kuate attendent une opportunité de retour au Cameroun depuis le 18 mars à Niamey au Niger. Il répond aux questions de CRTV Web.
Pouvez-vous nous donner plus de détails sur votre situation ?
Nous sommes arrivés au Niger avant la fermeture des frontières. Nous avons quitté le Cameroun le 8 Mars pour une réunion de prospection dans une compagnie minière (Société Minière de Liptako) pour une période de 10 jours (du 8 au 18 mars).
Avez-vous eu des contacts  ?
Nous vivons dans le camp de la société qui nous a invité, à 150km de Niamey, dans la région de la Terra. Nous avons pu entrer en contact avec le ministère des relations extérieures. La compagnie aérienne Asky Airlines a dit être au regret car c’est le Cameroun qui a fermé son espace aérien.

M. Chokouali et M. Kuate n’ont pas encore de solution

Comment comptez-vous  sortir de cet engrenage ?
Nous attendons impatiemment la réaction du MINREX qui seul peut nous ramener à la maison. Yaoundé nous a proposé de rejoindre Abidjan où un vol spécial est prévu. Malheureusement, nous ne pouvons pas sortir du pays. Le Niger a aussi fermé ses frontières. Il faut une intervention spéciale du MINREX
De quoi est fait votre quotidien au regard des températures actuelles ?
Nous ne faisons absolument rien étant donné que la réunion à laquelle nous avons participé s’est achevée depuis le 17 Mars, et les autres participants sont rentrés dans leur pays respectifs.

Le coronavirus dans l’air

Que peut-on dire de la pandémie du coronavirus au Niger ?
D’après les nouvelles de la radiotélévision nigérienne, la ville de Niamey a déjà enregistré 22 cas diagnostiqués et 3 décès. Aucun cas n’est signalé dans l’arrière-pays.
Voulez-vous revenir au Cameroun lors que la pandémie avance et que les voyages deviennent des moments de contamination?
Bien évidement. Mais le lock down fonctionne depuis ce jour le jour même de notre retour (18 Mars). Nous voulons rentrer à Yaoundé, la ville de nos résidences habituelles. Nous venions au Niger juste pour la réunion de prospection.

propos recueillis par Elvis Mbimba.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.